effarouché, ée

EFFAROUCHÉ, ÉE

(è-fa-rou-ché, chée) part. passé.
Effrayé, en parlant des animaux. Un animal effarouché. Terme de blason. Chat effarouché, chat représenté droit sur ses pattes de derrière ; se dit aussi du chat en action rampante. Substantivement.
Là les pauvres effarouchés Pensent s'être bien retranchés [PERRAULT, Chasse, dans RICHELET]
Mis en crainte, en défiance. Effarouché par une telle proposition.
Je vous croyais effarouchés pour plus de huit jours [DANCOURT, Moul. Jav. sc. 23]
Les paysans effarouchés avaient fui ; beaucoup de vivres étaient gaspillés [SÉGUR, Hist. de Nap. VIII, 8]

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    EFFAROUCHÉ. Ajoutez :
    Fig. Goutte effarouchée, goutte troublée par quelque accident.
    Il est à présumer que ce n'est qu'une queue de cette goutte effarouchée [J. J. ROUSS., Lett. à Du Peyrou, 3 mars 1768]