ellébore

(Mot repris de ellébores)
Recherches associées à ellébores: calendes, poinsettia

ellébore

n.m. hellébore.

ELLÉBORE

(èl-lé-bo-r') s. m.Terme de botanique.
Plante, dite dans l'Avranchin herbe enragée, très usitée dans la médecine des anciens comme cathartique et qui passait pour guérir la folie. Le plus célèbre des ellébores venait des campagnes d'Anticyre, île de la mer Égée dans le golfe Maliaque. L'ellébore des anciens est regardé comme appartenant aux veratrum (colchicacées).
Il n'est point d'ellébore assez en Anticyre.... [RÉGNIER, Sat. X]
Ma commère, il vous faut purger Avec quatre grains d'ellébore [LA FONT., Fabl. VI, 10]
Y aurait-il assez d'ellébore pour une si étrange maladie ? [VOLT., Phil. ignorant, 50]
Avoir besoin d'ellébore, avoir l'esprit troublé.
Vous le voyez, sans moi vous y seriez encore ; Et vous aviez besoin de mon peu d'ellébore [MOL., Sgan. 22]
Elle a besoin de six grains d'ellébore ; Monsieur, son esprit est tourné [ID., Amphit. II, 2]
Il aurait bien besoin de deux grains d'ellébore [REGNARD, Distr. II, 12]
Genre de plantes renonculacées, dont une espèce d'Europe (helleborus niger) sert en médecine. Quand on met un exutoire aux animaux, on fait au bas de la panse ou sur la cuisse une incision dans laquelle on introduit un petit morceau de racine d'ellébore.

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    En medecine, c'est legiere chose, savoir ce que il est dit du miel et du vin et de ellebore [ORESME, Eth. 164]

ÉTYMOLOGIE

ellébore

ELLÉBORE. n. m. T. de Botanique. Plante de la famille des Renonculacées, qui était employée autrefois en médecine comme purgatif, et que les anciens croyaient propre à guérir la folie.

ellébôre


ELLÉBôRE, s. m. [Prononcez les 2 ll: 2e é fer. 3e. lon. 4e e muet.] Herbe qu'on croit propre à guérir la folie. C'est sur cette erreur populaire, très-anciène, qu'est fondée la phrâse proverbiale. "Il a besoin d'ellébôre: il n'est pas dans son bon sens.

Traductions

ellébore

יחנון (ז)

ellébore

hellebore

ellébore

elleboro