embarquement

(Mot repris de embarquements)

embarquement

n.m.
Action d'embarquer, de s'embarquer : L'embarquement des marchandises chargement ; débarquement, déchargement

EMBARQUEMENT

(an-bar-ke-man) s. m.
Action d'embarquer. L'embarquement des troupes.
Péluse où notre embarquement devait se faire [FÉN., Tél. II]
Inscription d'un marin au rôle d'équipage, d'un passager au registre de bord.
Fig. Entrée dans quelque affaire, dans quelque intrigue.
On dépeint votre embarquement le plus bas et le plus abject où se soit jamais mise une personne de votre qualité ; et on dit que votre ami exerce sur vous un empire tyrannique [BUSSY-RABUTIN, Hist. amour. des Gaules, p. 164]
Aucun d'eux [des pairs] ne se présenta pour être le promoteur d'un embarquement où le temps présent ne permettait pas de s'engager avec prudence [SAINT-SIMON, 376, 73]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Ainsi comme il estoit sur son embarquement, pour s'en retourner en Ytalie [AMYOT, Flam. 28]

ÉTYMOLOGIE

  • Embarquer.

embarquement

EMBARQUEMENT. n. m. Action de s'embarquer, ou d'embarquer quelque chose. Depuis notre embarquement, nous avons été un mois sur mer. Embarquement de troupes. Embarquement de marchandises.

embarquement

Embarquement, Conscensio.

embarquement


EMBARQUEMENT, s. m. EMBARQUER, v. act. [Anbarkeman, ; 1re lon. 3ee muet au 1er, é fer. au 2d.] Embarquer, c'est mettre dans la barque, dans le vaisseau. Embarquement, est l'action d'embarquer quelque chôse, ou de s'embarquer soi-même. "Embarquer des marchandises, des armes, des munitions, des Soldats. "S'embarquer. "Nous nous embarquâmes à Marseille. St. Louis s'embarqua à Aigues-mortes.
   Rem. 1°. Le verbe se dit également au figuré, du moins dans le style médiocre. "Vous m'avez embarqué; ou, je me suis embarqué dans une mauvaise affaire. "Pourquoi s'embarquoit-il si légèrement dans cette pénible discussion? Journ. de Mons. "S'embarquer au jeu, à une entreprise. Acad. — Mais il n'en est pas de même du substantif, embarquement; et l'on ne peut guère s'empêcher de condamner la phrâse suivante: "Le Peuple latin murmuroit du nouvel embarquement, où l'on alloit s'exposer contre une Ville alliée et invincible. Dict. Néol. = La Touche l'aprouvait dans la signification d'engagement, en avouant pourtant que l'Acad. ne le mettoit point en ce sens-là. Il cite cette phrâse: "On dépeint votre embarquement, le plus bas où se soit jamais mis une personne de votre qualité. — Cela n'est point du goût d'aujourd'hui.
   2°. S'embarquer, au figuré, régit à devant les verbes. "Voilà une belle chôse de m'être embarquée à vous conter ce que vous saviez déjà. Sév. = Aûtrefois on faisait un grand usage de cette expression. Le Comte de Bussi-Rabutin l'employait souvent, et même avec le seul régime des persones. "Il apréhendoit de s'embarquer avec elle. "Il s'étoit embarqué à aimer plus par gloire que par amour. = Gresset l'a mis à l'actif, sans autre régime que l'acusatif. Cléon dit de Florise.
   Embarquons-la si bien, qu'amenée où je veux,
   Mon projet soit pour elle un parti nécessaire.
       Le Méchant.
En style figuré familier, s'embarquer sans biscuit, s'engager dans une afaire sans avoir le moyen de réussir.

Synonymes et Contraires

embarquement

nom masculin embarquement
Action d'embarquer.
Traductions

embarquement

embarkation, embarcation, loadinginscheping, (het) instappen, inladingεπιβίβασηimbarcoBoarding登機boarding탑승 (ɑ̃baʀkəmɑ̃)
nom masculin
fait de monter à bord d'un bateau, d'unavion l'embarquement des passagers

embarquement

[ɑ̃baʀkəmɑ̃] nm
[marchandises] → loading
[passagers] (dans un avion)boarding; (dans un navire)boarding, embarkation
L'embarquement des passagers n'a pas encore été annoncé → Passenger boarding has not been announced yet.
"embarquement immédiat" → "now boarding"