embarrassé, ée

EMBARRASSÉ, ÉE

(an-ba-ra-sé, sée) part. passé.
Barré par un embarras. La rue embarrassée par des voitures. Fig.
Dans les temps embarrassés et malheureux tout ce qui passe pour mystère est odieux [RETZ, I, 196]
Entortillé, entravé. Embarrassé dans les plis de son manteau. Le cheval embarrassé dans sa longe.
Dans les rênes lui-même il tombe embarrassé [RAC., Phèd. V, 6]
Fig.
Un sens embarrassé dans des mots captieux [VOLT., Œd. I, 1]
Pièce embarrassée, pièce de théâtre intriguée, dont l'intrigue fait le principal intérêt.
C'est l'incommodité des pièces embarrassées, qu'en termes de l'art on nomme implexes, par un mot emprunté du latin, telles que sont Rodogune et Héraclius [CORN., Examen de Cinna]
Ce sens ne se trouve probablement que dans Corneille.
Gêné. Embarrassé par le fardeau qu'il portait.
Ce sont fatalités dont l'âme embarrassée à plus qu'elle ne veut se voit souvent forcée [CORN., Rodog. II, 3]
Langue embarrassée, langue qui a de la peine à articuler.
Et dès le premier mot, ma langue embarrassée Dans ma bouche vingt fois a demeuré glacée [RAC., Bérén. II, 2]
Prononciation embarrassée, prononciation mal articulée. Se dit aussi des idées. Des notions, des conceptions embarrassées.
Qui n'est pas clair. Ses propositions furent embarrassées.
Qui éprouve de l'embarras, de l'incertitude.
Vous n'êtes point embarrassée De le croire, ni moi.... [LA FONT., Fabl. X, 1]
On se peut trouver embarrassé des passages de l'Écriture [BOSSUET, Avert.]
Interdit, troublé. Il était embarrassé. Son langage fut embarrassé.
J'ai tous les sens encor de trouble embarrassés [TH. CORN., Ariane, IV, 2]
Ils sont bas et timides devant les princes et les ministres, pleins de hauteur et de confiance avec ceux qui n'ont que de la vertu ; muets et embarrassés avec les savants ; vifs, hardis et décisifs avec ceux qui ne savent rien [LA BRUY., IX.]
Quand j'ai vu que M. de Limours en était plus embarrassé que touché, j'ai changé de manière, et je lui ai montré le plus profond mépris [Mme DE GENLIS, Adèle et Théod. t. I, lett. 27, p. 222, dans POUGENS.]
Être embarrassé de sa personne, ne savoir quelle contenance avoir.
Un sot est embarrassé de sa personne [LA BRUY., XII]
Au fém. Enceinte, en parlant d'une femme non mariée.
Ma fiancée, qui avait peur que je ne revinsse pas, étant déjà embarrassée, pensa mourir de tristesse et du regret de sa noce perdue [P. L. COUR., II, 299]
Il se dit des organes dont les fonctions ne sont pas libres. Il a le cerveau embarrassé. J'avais l'estomac embarrassé.