emblée

(Mot repris de emblee)
Recherches associées à emblee: d'emblée

d'emblée

loc. adv. [ anc. fr. embler, du lat. involare, se précipiter sur, de volare, voler ]
Du premier coup ; tout de suite, immédiatement : D'emblée, elle lui a paru sympathique instantanément, sur-le-champ

emblée

(dɑ̃ble)
adverbe
tout de suite, dès le début Il a accepté d'emblée.

EMBLÉE (D')

(dan-blée) loc. adv.
Du premier coup, du premier effort. Emporter une ville d'emblée.
La ville était trop bien munie pour l'emporter d'emblée [VAUGEL., Q. C. VII, 6, dans RICHELET]
On dit de même emporter une affaire d'emblée. Il a été élu, nommé d'emblée, c'est-à-dire sans opposition. Emporter quelqu'un d'emblée, le décider dès le premier effort.
Il ne devait pas vouloir prendre Valcourt d'emblée [SÉV., 579]

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Pur quei te unt mened [mené] ces de Juda en emblées ultre le flum e tes compaignons sans nus [nous] ? [, Rois, p. 196]
  • XVe s.
    Le duc d'Autrische a prins ou par ses gens fait prendre d'amblée nostre cité de Therouenne [, Lettre de Charles VIII, Bulletin du comité de la langue, t. III, p. 593]
    Et pareillement en ces propres jours fut prise d'emblée la forteresse d'Estrepagny [MONSTREL., liv. II, chap. 68]
  • XVIe s.
    Parce que es convens de femmes n'entroyent les hommes sinon à l'emblée, et clandestinement [RABEL., Garg. I, 52]
    Ilz feront ceste année de beaulx coupz : mais aulcuns d'iceulx seront fort subjects à recepvoir quelque coup de baston à l'emblée [ID., Progn. Pant. 5]
    Ce fut un acte de ruze, de surprise et d'emblée, le plus grand et le plus digne de memoire qui fut oncques [AMYOT, Pélop. et Marc. comp. 2]
    Ce fut ce qui plus asseura les soudards d'Aratus, pource qu'ils estimerent que le veneur fust de l'intelligence, et qu'il aidast à celer leur emblée [ID., Aratus, 9]

ÉTYMOLOGIE

  • Embler 1.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • EMBLÉE. - HIST. XIIe s. Ajoutez :
    Ne viuc [je ne veux] mie faire en emblée [à la dérobée, en secret] Nostre batalle, ains le [la] veront Tuit cil ki veoir le [la] vorront [, Perceval le Gallois, V. 10 227]

emblée

EMBLÉE (D'). loc. adv. Du premier effort, du premier coup, de plein saut. Gagner une partie d'emblée. Il a réussi d'emblée. Il a été élu, nommé d'emblée. Fig. et fam., Emporter une affaire d'emblée, emporter quelque chose d'emblée.

emblée

Prendre une ville d'emblée, c'est par subtilité et au desaperceu, le contraire est d'assaut et par force ouverte.

A l'emblée, Clam, Furtim, Clanculum.

Qui est fait par emblée, Furtiuum.

emblée


EMBLÉE, (D') adv. Dabord, en fort peu de temps. Trév. De premier éfort, de plein saut. Acad. "Emporter une place, une Ville; et figurément, une afaire d' emblée. — Marivaux dit, en parlant des livres obscènes. "Il est vrai que nous sommes naturellement libertins, ou, pour mieux dire, corrompus; mais, en fait d'ouvrages d'esprit, il ne faut pas prendre cela à la lettre, ni nous traiter d'emblée sur ce pied là. — Traiter d'emblée est une expression baroque. D' emblée ne s'unit pas à toute sorte de verbes.

Traductions

emblée

aluksi

emblée

[ɑ̃ble] nf
d'emblée → straightaway