emblée

(Mot repris de emblee)
Recherches associées à emblee: d'emblée

d'emblée

loc. adv. [ anc. fr. embler, du lat. involare, se précipiter sur, de volare, voler ]
Du premier coup ; tout de suite, immédiatement : D'emblée, elle lui a paru sympathique instantanément, sur-le-champ
Maxipoche 2014 © Larousse 2013

emblée

(dɑ̃ble)
adverbe
tout de suite, dès le début Il a accepté d'emblée.
Kernerman English Multilingual Dictionary © 2006-2013 K Dictionaries Ltd.

EMBLÉE (D')

(dan-blée) loc. adv.
Du premier coup, du premier effort. Emporter une ville d'emblée.
La ville était trop bien munie pour l'emporter d'emblée [VAUGEL., Q. C. VII, 6, dans RICHELET]
On dit de même emporter une affaire d'emblée. Il a été élu, nommé d'emblée, c'est-à-dire sans opposition. Emporter quelqu'un d'emblée, le décider dès le premier effort.
Il ne devait pas vouloir prendre Valcourt d'emblée [SÉV., 579]

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Pur quei te unt mened [mené] ces de Juda en emblées ultre le flum e tes compaignons sans nus [nous] ? [, Rois, p. 196]
  • XVe s.
    Le duc d'Autrische a prins ou par ses gens fait prendre d'amblée nostre cité de Therouenne [, Lettre de Charles VIII, Bulletin du comité de la langue, t. III, p. 593]
    Et pareillement en ces propres jours fut prise d'emblée la forteresse d'Estrepagny [MONSTREL., liv. II, chap. 68]
  • XVIe s.
    Parce que es convens de femmes n'entroyent les hommes sinon à l'emblée, et clandestinement [RABEL., Garg. I, 52]
    Ilz feront ceste année de beaulx coupz : mais aulcuns d'iceulx seront fort subjects à recepvoir quelque coup de baston à l'emblée [ID., Progn. Pant. 5]
    Ce fut un acte de ruze, de surprise et d'emblée, le plus grand et le plus digne de memoire qui fut oncques [AMYOT, Pélop. et Marc. comp. 2]
    Ce fut ce qui plus asseura les soudards d'Aratus, pource qu'ils estimerent que le veneur fust de l'intelligence, et qu'il aidast à celer leur emblée [ID., Aratus, 9]

ÉTYMOLOGIE

  • Embler 1.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • EMBLÉE. - HIST. XIIe s. Ajoutez :
    Ne viuc [je ne veux] mie faire en emblée [à la dérobée, en secret] Nostre batalle, ains le [la] veront Tuit cil ki veoir le [la] vorront [, Perceval le Gallois, V. 10 227]
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877

emblée

EMBLÉE (D'). loc. adv. Du premier effort, du premier coup, de plein saut. Gagner une partie d'emblée. Il a réussi d'emblée. Il a été élu, nommé d'emblée. Fig. et fam., Emporter une affaire d'emblée, emporter quelque chose d'emblée.
Dictionnaire de L'Académie française 8th Edition © 1932-5

emblée

Prendre une ville d'emblée, c'est par subtilité et au desaperceu, le contraire est d'assaut et par force ouverte.

A l'emblée, Clam, Furtim, Clanculum.

Qui est fait par emblée, Furtiuum.

Jean Nicot's Thresor de la langue française © 1606

emblée


EMBLÉE, (D') adv. Dabord, en fort peu de temps. Trév. De premier éfort, de plein saut. Acad. "Emporter une place, une Ville; et figurément, une afaire d' emblée. — Marivaux dit, en parlant des livres obscènes. "Il est vrai que nous sommes naturellement libertins, ou, pour mieux dire, corrompus; mais, en fait d'ouvrages d'esprit, il ne faut pas prendre cela à la lettre, ni nous traiter d'emblée sur ce pied là. — Traiter d'emblée est une expression baroque. D' emblée ne s'unit pas à toute sorte de verbes.

Jean-François Féraud's Dictionaire critique de la langue française © 1787-1788
Traductions

emblée

aluksi

emblée

[ɑ̃ble] nf
d'emblée → straightaway
Collins English/French Electronic Resource. © HarperCollins Publishers 2005