emboîté, ée

EMBOÎTÉ, ÉE

(an-boî-té, tée) part. passé.
L'essieu emboîté dans le moyeu.
Sa tête était emboîtée dans son chapeau [SCARR., Rom. com. I, 10]
Fig.
La pièce est faite comme une tragédie française du second ordre, à la fois romanesque et régulière, assez bien emboîtée dans les limites de temps et de lieux, et n'offrant guère d'invraisemblable que les caractères, les sentiments et les actions des personnages [VILLEMAIN, Littér. Tabl. du XVIIIe siècle, 2e partie, 2e leçon.]
Terme de danse. Pas emboîté, pas dans lequel le danseur conserve la position nommée emboîture.