empâté, ée

EMPÂTÉ, ÉE

(an-pâ-té, tée) part. passé.
Rempli de pâte ou de chose analogue à la pâte. Les mains empâtées de plâtre. Scie empâtée, scie qui a retenu de la sciure entre ses dents. Terme de géologie. Roches empâtées, celles dont les parties sont enveloppées par une pâte distincte. Terme de minéralogie. Texture empâtée, texture d'une roche dont la base est une pâte homogène avec parties constituantes ou accidentelles disséminées dans cette pâte.
Formé en une sorte de pâte.
La porcelaine et la frêle beauté De cet émail à la Chine empâté [VOLT., Apolog. du luxe.]
Engraissé avec une composition alimentaire dite pâte. Volaille empâtée.
Terme de peinture. Il se dit des tons moelleux et bien fondus. Un tableau bien empâté. Terme de gravure. Des chairs bien empâtées, des chairs moelleuses.
Pâteux, embarrassé comme par de la pâte. Langue empâtée. Il a la prononciation empâtée. Terme de musique. Qui manque de netteté. Voix, exécution empâtée.
Terme de manége. Cheval empâté, cheval dont les formes sont épaisses, peu distinctes, et dont les extrémités sont garnies de beaucoup de poils longs, gros et rudes. Jarret empâté, jarret d'un cheval qui est trop charnu, par opposition à jarret sec. Par extension. Homme empâté, homme de formes qu'on a comparées à celle du cheval empâté.