emphase

emphase

n.f. [ lat. emphasis, du gr. emphanein, rendre visible ]
Exagération pompeuse dans le ton, dans les termes employés, dans les manières : Ce ministre parle avec emphase affectation, grandiloquence ; simplicité, sobriété

emphase

(ɑ̃faz)
nom féminin
caractère trop solennel parler avec emphase

EMPHASE

(an-fâ-z') s. f.
Exagération dans l'expression, le ton, la voix, le geste.
Vous ne les liriez pas avec assez d'emphase [DESMARETS, Visionnaires, III, 4]
Il réprime des mots l'ambitieuse emphase ; Ici le sens le choque, et plus loin c'est la phrase [BOILEAU, Art p. I]
Ces mots [contre la corruption de Rome] ont dans sa bouche [de Juvénal] une emphase admirable [ID., Sat. X]
Les plus grandes choses n'ont besoin que d'être dites simplement, elles se gâtent par l'emphase [LA BRUY., V]
Ce calme des passions qu'ils annonçaient avec tant d'emphase [MASS., Av. Noël.]
Le prince d'Orange aima mieux traiter avec un homme droit, franc et libéral, tel qu'était M. de Boufflers, qu'avec l'emphase, les grands airs et la variété du maréchal de Villeroy [SAINT-SIMON, 49, 77]
Surtout, ne confondez jamais l'emphase avec la chaleur et la force [Mme DE GENLIS, Théât. d'éduc. le Magistrat, I, 9]
Il lui détaille avec emphase les occupations qui l'accablent, les travaux dont il est chargé [ID., Veillées du chât. t. III, p. 13, dans POUGENS]
Terme de rhétorique. Figure qui consiste à employer un mot qui a beaucoup de force, comme enflammé de colère, perdu de dettes, et qui, ne différant pas de la métaphore, de l'hyperbole, ne mériterait pas de porter un nom particulier.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Au premier qui me ramene et qui me demande la verité nue et crue, je quitte soubdain mon essort, et la lui donne sans exageration, sans emphase et remplissage [MONT., IV, 181]

ÉTYMOLOGIE

  • En grec, emphase, proprement apparence, terme venant d'un mot se traduisant par apparition (voy. PHASE).

emphase

EMPHASE. n. f. Affectation pompeuse dans le discours ou dans le débit. Cet homme parle avec emphase. Prononcer avec emphase.

emphâse


EMPHâSE, s. f. *EMPHASÉ, ÉE, adj. [Anfâze, fazé; 1re lon. 2e lon. au 1er, br. au 2d. 3ee muet au 1er, é fer. aux 2 autres.] Emphâse, manière pompeûse de s'exprimer et de prononcer. Il se prend ordinairement en mauvaise part, et c'est un sujet de blâme, et non pas un éloge. "Il parle, il déclame avec emphâse. "Cette période doit être prononcée avec emphâse. — Cette dernière phrâse est de l'Acad. Il semble donc qu'elle pense que ce mot peut être pris quelquefois dans un bon sens.
   *EMPHASÉ a été fabriqué par Rousseau. On dit comunément, ton d' emphâse. Asservi par la rime, il a dit ton emphâsé.
   Ni les grands airs, ni le ton emphasé,
   Au sens commun n'ont jamais imposé~.
Dans l'Abr. de Trév. on le marque comme un mot, qui n'a pas encôre été reçu. Des Néologues Provinciaux le disent des persones. "Cet homme est emphasé.

Traductions

emphase

הדגש (ז), נמלצות (נ), פתוס (ז), רטוריקה (נ)

emphase

ampullositat, bombejament, bombó, èmfasi

emphase

bombasto, emfazo

emphase

énfasis

emphase

mahtipontisuus

emphase

ênfase, estilo bombástico, fanfarrice

emphase

enfasi

emphase

důraz

emphase

vægt

emphase

강조

emphase

เน้น

emphase

[ɑ̃fɑz] nfpomposity, bombast
avec emphase → pompously