empiéter

(Mot repris de empiéterez)

empiéter

v.i. [ de pied ]
1. (sur) S'arroger des droits que l'on n'a pas : Tu empiètes sur les fonctions de ton supérieur usurper
2. S'étendre sur le domaine occupé par qqch ; déborder dans le temps : Les branches de cet arbre empiètent sur le jardin du voisin. La réunion a empiété sur mon heure de déjeuner.

EMPIÉTER

(an-pié-té. L'accent aigu se change en accent grave, quand la syllabe qui suit est muette : j'empiète ; excepté au futur et au conditionnel où l'Académie maintient l'accent aigu : j'empiéterai, j'empiéterais) v. a.
Terme de fauconnerie. Enlever, prendre et tenir avec les serres. Un faucon empiète sa proie.
Ancien terme de construction. Donner du pied. Empiéter une colonne, une statue.
Gagner pied à pied et par usurpation. Il a empiété sur moi plus d'un arpent. Absolument.
Disposé à empiéter sur ses voisins [BOSSUET, Hist. III, 7]
Par analogie. La mer empiète sur les côtes. Par une autre analogie.
C'est une Madelaine du Titian, grosse et grasse et fort agréable, comme aux premiers jours de sa pénitence, auparavant que le jeûne eût commencé d'empiéter sur elle [LA FONT., t. VI, p. 415, édit. Walcken.]
Fig. Usurper.
Le peuple leur laissa empiéter le pouvoir suprême [BOSSUET, Hist. I, 8]
Absolument. S'arroger des droits qu'on n'a pas. Empiéter sur l'autorité de quelqu'un.
Vous dites qu'il faut être modeste ; les gens bien nés ne demandent pas mieux ; faites seulement que les hommes n'empiètent pas sur ceux qui cèdent par modestie et ne brisent pas ceux qui plient [LA BRUY., XI]
Il ne m'est pas permis de m'introduire auprès des souverains ; ce serait empiéter sur les droits de Léviathan, de Belphégor et d'Astarot [LESAGE, Diable boit. ch. 18]
Tout le monde empiète sur un malade.... et il n'y a pas jusqu'à sa garde qui ne se croie en droit de le gouverner [VAUVENARGUES, Max. 428]
Se laisser empiéter à, se laisser gagner, absorber par.
Se laisser empiéter aux préventions [MÉRÉ, Œuvres posth. t. II, p. 48]
Il me semble qu'un grand esprit comme vous [Pascal] devrait être au-dessus des arts et des sciences, au lieu de s'y laisser empiéter [ID., ib. p. 65]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Le moyen est de vaincre le monstre qui s'appelle opinion, logé dedans nous, et d'où ayant chassé arriere la prudence, qui est la guide de nos actions, il manie à son plaisir ceux qu'il a empietez [LANOUE, 172]
    De là les Portugais empieterent le reste de la premiere pointe des Indes où est Goa [D'AUB., Hist. I, 41]
    Sera rendu au Duc de Savoie tout ce que les rois tant François qu'Henri auront empieté sur lui [ID., ib. I, 45]
    Les attraits redoublerent, quand la roine donna à celles qui l'avoient empieté [lé prince] esperance de son mariage [ID., ib. I, 198]
    Or en voyant en ces champs l'autre jour Un pigeon blanc empieté d'un autour Qui l'emportoit dedans sa serre aiguë [RONS., 740]
    Après qu'il se fut empieté de deux royaumes [PASQUIER, Recherches, p. 440, dans LACURNE]
    Le roy Charles VIII, ayant advisé avec son conseil qu'il n'estoit pas bon d'avoir un si puissant seigneur ancré et empieté dans son royaume [BRANT., Dames illustres, p. 2, dans LACURNE, au mot compromis.]

ÉTYMOLOGIE

  • En 1, et pied : tenir entre ses pieds ou mettre le pied dans.

empiéter

EMPIÉTER. v. tr. Usurper dans ou sur la propriété d'autrui. Il a empiété sur moi plus de cinq mètres. Ce laboureur empiète tous les ans quelques sillons sur la terre de son voisin. Vous avez empiété sur mon terrain.

Il se dit, par analogie, d'une Chose qui s'étend, qui déborde sur une autre, et principalement des eaux qui viennent à couvrir un terrain voisin. La mer empiète sur les côtes. La rivière empiète tous les jours de ce côté.

Il signifie encore figurément S'arroger, exercer sur quelqu'un ou sur quelque chose des droits qu'on n'a pas. Vous avez empiété sur ma charge, sur mon emploi, sur mes attributions. Le pouvoir législatif ne doit pas empiéter sur l'exécutif.

empieter

Empieter, id est, empoigner de la griffe du pied d'un oiseau. Mot de fauconnerie.

empiéter


EMPIÉTER, v. a. et n. [An-pié-té, 2e et 3e é fer. Devant l'e muet, la 2de se change en è moy. "Il empiète, il empiètera, etc.] Usurper, prendre. Il se dit avec la prép. sur. "Empiéter quelques sillons, quelques toises sur le champ; sur le terrein d'autrui. — V. n. Empiéter sur les droits, sur la charge, sur l'emploi de quelqu'un.

Synonymes et Contraires

empiéter

verbe empiéter
2.  S'arroger des droits.
usurper -familier: marcher sur les plate-bandes.
Traductions

empiéter

חפף (פ'), חָפַףsconfinare侵犯จาบจ้วง (ɑ̃pjete)
verbe intransitif
déborder sur qqch empiéter sur le terrain du voisin

empiéter

[ɑ̃pjete] vi
empiéter sur → to encroach on [ɑ̃pifʀe] vpr/réfl → to stuff o.s. >
s'empiffrer de qch [+ sucreries, chocolat] → to stuff o.s. with sth