encourtiner

(Mot repris de encourtinées)

ENCOURTINER

(an-kour-ti-né) v. a.
Garnir de courtines, de tapisseries, de rideaux.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Trestoute la grant rue estoit en courtinée [, Berte, LXXXII]
  • XVe s.
    Le dit eschafaut couvert de drap de haute lice, et encourtiné à maniere d'une chambre [FROISS., III, IV, 1]
  • XVIe s.
    Nous tirons un prince du berceau encourtiné d'espines, d'elles armé et picqué tout ensemble [D'AUB., Hist. préf. VI]

ÉTYMOLOGIE

  • En 1, et courtine ; provenc. encortinar, espagn. incortinar ; ital. incortinare.

encourtiner

Encourtiner. v. a. Enfermer avec les courtines, les rideaux d'un lit. Il m'a je ne sçay comment encourtiné. On dit plus souvent, s'Encourtiner. Il s'estoit encourtiné dans son lit. On ne le dit qu'en plaisantant.

COURTISAN, COURTISANE, COURTOIS, COURTOISEMENT, COURTOISIE. Voy COUR.

COURVÉE. Voy CORVÉE.

COURVETTE. Voy CORVETTE.

encourtiner

Encourtiner, C'est ombrager, Obumbrare, Inumbrare. C'est aussi tendre des courtines et tapisseries.

Encourtiner un lict.

Traductions

encourtiner

incortinar

encourtiner

incortinare