encre


Recherches associées à encre: ancre

encre

n.f. [ lat. encaustum, du gr. egkaiein, brûler ]
1. Préparation liquide colorée dont on se sert pour écrire, pour imprimer, etc. : Mettre une cartouche d'encre effaçable dans son stylo plume.
2. Liquide noir et épais sécrété par certains céphalopodes et qui leur permet, en cas de danger, de troubler l'eau pour cacher leur fuite : La seiche et la pieuvre sécrètent de l'encre.
Remarque: Ne pas confondre avec ancre.
Encre de Chine,
mélange de noir de fumée, de gélatine et de camphre, utilisé pour le dessin au lavis ou à la plume.
Encre sympathique,
encre incolore qui apparaît sur le papier sous l'action de certains produits chimiques ou de la chaleur.
Faire couler de l'encre,
être le sujet de nombreux articles, pamphlets, études, etc. : Sa mise en accusation a fait couler de l'encre.

ENCRE

(an-kr') s. f.
Liqueur ordinairement noire dont on se sert pour écrire, pour imprimer. L'encre pour écrire la plus employée est un tannogallate de protoxyde de fer mêlé de gomme, d'indigo ou de sucre pour lui donner du brillant. Encre indélébile.
Aussi bien de penser rendre cet homme-là plus coupable qu'il ne s'est fait lui-même, ce serait jeter de l'encre sur le visage d'un More [BALZ., liv. III, lett. 7]
Je soutiendrai mon opinion jusqu'à la dernière goutte de mon encre [MOL., Mar. forcé, 6]
Mais je vois venir sur le soir Notre astronomique Émilie, Avec un vieux tablier noir, Et la main d'encre encor salie [VOLT., Ép. XLV]
Encre rouge, bleue, etc. liquides colorés dont on se sert quelquefois pour écrire. Encre d'imprimerie, pâte liquide qui consiste en un mélange de noir de fumée et d'huile de lin cuite. Encre lithographique, encre servant à l'impression lithographique et à peu près semblable à l'encre d'imprimerie. Encres autographiques, encres avec lesquelles on écrit sur un papier préparé pour transporter les caractères sur les pierres lithographiques. Fig.
Mille soupçons plus noirs que l'encre s'emparèrent de son imagination [HAMILT., Gramm. 8]
Suer de l'encre, être dans un embarras extrême.
M. de Beauvillier, dont le rang d'opiner était le pénultième des ministres, suait de l'encre d'entendre Torcy [SAINT-SIMON, 305, 226]
Écrire de la bonne encre ou de bonne encre à quelqu'un, lui écrire sans ménagement, vertement. C'est la bouteille à l'encre, se dit d'une affaire compliquée et rendue obscure ; et, en parlant d'une personne, se dit d'une personne qu'on ne comprend pas et qui ne se comprend pas elle-même. Être dans la bouteille à l'encre, être dans le secret d'une affaire, d'une intrigue. On dit plus ordinairement être dans la bouteille.
Encre de chine, composition sèche qu'on emploie en détrempe et surtout au pinceau ; elle nous est venue de Chine, où elle est en grand usage.
Encre sympathique, encre sans couleur, qui se colore et devient visible quand on traite le papier par la chaleur ou par quelque agent chimique.

PROVERBE

    Il n'y a plus d'encre au cornet, se dit d'un homme dont la vie est près de s'éteindre et aussi dont l'esprit est épuisé.

REMARQUE

  • Encre a été longtemps d'un genre indécis ; Chifflet, Gramm. p. 248, dit qu'il est des deux genres. Étymologiquement, il devrait être masculin ; mais la terminaison, qui est féminine, l'a emporté.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    De l'anel de son doit seela ceste lettre ; De son sang les escrist, autre enque n'il fist metre [RUTEB., II, 105]
  • XIVe s.
    Et se ce ne velt [veut] faire, je manderai mes hommes ; Tant en ferai venir par parchemin et aincre, Que mater le porrons et en bataille vaincre [, Girart de Ross. v. 1235]
  • XVIe s.
    Le roi et la roine en escrivirent de si bonne ancre qu'on le laissa poursuivre [D'AUB., Hist. II, 31]
    Le sang qui a signé la guerre n'est pas encore sec par les champs ; et aussi peu seche l'ancre qui vient de signer la paix [ID., ib. 252]
    En descrivant pathetiquement la douloureuse tragedie qui a pali mon ancre de mes larmes [ID., ib. III, 537]

ÉTYMOLOGIE

  • Génev. encre, s. m. ; wallon, enche ; provenç. encaut ; espagn. encausto ; ital. inchiostro ; anc. vénitien, incostro ; sicilien, inga ; angl. ink. L'origine de ces mots est le latin encaustum, en grec, le terme se traduit par encre rouge avec laquelle les empereurs grecs signaient (ce terme provient de deux mots dont l'un signifie brûlé, voy. ENCAUSTIQUE). Le mot latin et le mot grec s'accentuaient différemment ; le latin avait l'accent sur la syllabe cau, et, comme dans tous les mots tirés du grec où l'accentuation nationale était en conflit avec l'accentuation étrangère, la prononciation de encaustum était tantôt latine : encaústum, tantôt grecque : éncaustum ; du moins c'est ce que montrent les langues romanes qui reproduisent les unes éncaustum (le français, ses patois et le sicilien), les autres encaústum (le provençal, l'espagnol et l'italien).

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    ENCRE. Ajoutez :
    Plante à encre, coriaria thymifolia (Nouvelle-Grenade), plante dont le suc est excellent pour l'écriture.

encre

ENCRE. n. f. Liquide dont on se sert pour écrire. Encre noire, rouge, bleue, violette, etc. Cette encre est trop blanche, trop épaisse. Bouteille à encre. Tache d'encre. Encre indélébile.

Il se dit également de Certaines compositions noires et épaisses dont on se sert pour l'impression des livres, des gravures, des dessins lithographiés, etc. Encre d'imprimerie. Encre lithographique.

Encre sympathique, Encre sans couleur, qui noircit lorsqu'on présente le papier au feu, ou qu'on y applique quelque agent chimique.

Encre de Chine, Composition sèche et noire qui vient de Chine et dont on se sert pour dessiner. Il faut délayer l'encre de Chine pour pouvoir s'en servir. Dessin à l'encre de Chine.

Fig. et fam., Écrire de bonne encre, de la bonne encre à quelqu'un. Voyez ÉCRIRE.

Fig. et fam., C'est la bouteille à l'encre. Voyez BOUTEILLE.

encre

Encre, f. penac. Est une espece de liqueur noire composée de gales, couperose, gomme et autre mixtion, dont on se sert pour escrire, Atramentum Librarium. vitru. lib. 7. cap. 10. aut scriptorium. On en fait aussi d'autres compositions et couleurs pour escrire, mais on ne les peut rendre par ledit mot Latin Atramentum, car la composition d'iceluy y repugne.

Encre ou noire peinture, Atramentum sutorium.

L'encre d'un escrivain ou Imprimeur, Atramentum Librarium.

Jetter encre ou autre chose sur quelque escriture ou peinture, et le gaster, Interlinere.

Cornet à encre, Atramentarium.

encre


ENCRE, s. f. ENCRIER, s. m. [Ankre, krié: 1re lon. 2ee muet au 1er, é fer. au 2e.] Liqueur noire, dont on se sert pour écrire. — Petit vâse où l'on met de l'encre. — On dit, en style prov. écrire de bonne encre, ou de la bone encre à quelqu'un, en termes forts et pressans, et quelquefois avec reproches ou menaces. — On dit aussi: je ne suis pas dans la bouteille à l'encre, je ne suis pas dans la confidence; cependant cela est probable, et je crois pouvoir l' assurer.
   REM. 1°. Encre à écrire et Ancre ou anchre (Anchora) se prononcent de même, mais doivent s'écrire diféremment. Plusieurs les confondent: c'est une faute grossière.
   2°. Il n'est rien de si bisarre qui n'ait été dit, ou qui ne soit dans le câs de se dire dans la suite. * Un Auteur moderne dit: "Combien y en a-t-il qui eussent gagné à laisser leurs noms, pour ainsi dire, dans l'encre. Anon. c. à. d. à ne point écrire, à ne point faire imprimer. Cela est tout à la fois obscur et baroque; et le correctif, pour-ainsi-dire, n'est pas assez fort pour le faire passer.

Traductions

encre

Tinteinkinktדיו (ז), דְּיוֹحِبْرٌ, مِدًاذtintablækinkotinta, encaustomusteatramentumblekkatramentcernealăbläckwinoμελάνι, μελάνηinchiostroinkousttintaインク잉크tintaчернилаหมึกmürekkepmựcмастило (ɑ̃kʀ)
nom féminin
liquide coloré qui sert à écrire un stylo à encre

encre

[ɑ̃kʀ] nfink
se faire un sang d'encre (s'inquiéter beaucoup) → to be worried sick
c'est la bouteille à l'encre (situation confuse) → it's as clear as mud
encre de Chine nfIndian ink
encre indélébile nfindelible ink