encroué, ée

ENCROUÉ, ÉE

(an-kroué, ée) adj.
Terme d'eaux et forêts. Arbre encroué, celui qui étant tombé sur un autre par une cause quelconque y demeure embarrassé. Se dit, en Normandie, de tout ce qui s'attache en tombant.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    À Montfaucon [gibet] [ils] le firent sus au vent encrouer [, Berte, XCVII]
    Quant Caflet le vit entrepris Et en haut le vit encroé [, Ren. 23205]
    Mès s'il ont en eus engrestiés [méchancetés], Orguel ou quelques mauvestiés, Li grant estat où il s'encroent, Plus tost le mostrent et descloent, Que se petit estat eüssent, Par quoi si nuire ne peüssent [, la Rose, 6287]
  • XIVe s.
    Vous avez de ma ville receu or et argent, Comme faulx traïteur qui ne valez noient ; Si en serez pendus et encroez au vent [, Guesclin. 8377]
    Pour ce que moult de fois at on veu, que auxcuns coustumiers ou acheteurs, qui un arbre ou plus avoient à prendre en noz forez, le faisoient abbatre tellement qu'il se encrooit sur autre [DU CANGE, incrocare.]

ÉTYMOLOGIE

  • Bas-lat incrocare ; de in, en, et croc.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • ENCROUÉ. Ajoutez : - REM. Ici arbre encroué est défini : Arbre qui, étant tombé sur un autre par une cause quelconque, y demeure embarrassé. D'un autre côté, à BOIS n° 7, bois encroué est défini : Arbre sur lequel un autre est tombé. Les deux définitions sont acceptables, suivant que l'on considère l'arbre tombé ou l'arbre sur lequel un autre est tombé : tous les deux sont encroués.