enfanter

(Mot repris de enfanteront)

enfanter

v.t.Litt.
1. Mettre un enfant au monde accoucher
2. Produire, créer : Il a enfanté un nouveau magazine concevoir

enfanter

(ɑ̃fɑ̃te)
verbe transitif
1. mettre au monde un enfant enfanter avec douleur
2. figuré créer, être à l'origine de qqch Ce réalisateur a enfanté un nouveau film.

enfanter


Participe passé: enfanté
Gérondif: enfantant

Indicatif présent
j'enfante
tu enfantes
il/elle enfante
nous enfantons
vous enfantez
ils/elles enfantent
Passé simple
j'enfantai
tu enfantas
il/elle enfanta
nous enfantâmes
vous enfantâtes
ils/elles enfantèrent
Imparfait
j'enfantais
tu enfantais
il/elle enfantait
nous enfantions
vous enfantiez
ils/elles enfantaient
Futur
j'enfanterai
tu enfanteras
il/elle enfantera
nous enfanterons
vous enfanterez
ils/elles enfanteront
Conditionnel présent
j'enfanterais
tu enfanterais
il/elle enfanterait
nous enfanterions
vous enfanteriez
ils/elles enfanteraient
Subjonctif imparfait
j'enfantasse
tu enfantasses
il/elle enfantât
nous enfantassions
vous enfantassiez
ils/elles enfantassent
Subjonctif présent
j'enfante
tu enfantes
il/elle enfante
nous enfantions
vous enfantiez
ils/elles enfantent
Impératif
enfante (tu)
enfantons (nous)
enfantez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais enfanté
tu avais enfanté
il/elle avait enfanté
nous avions enfanté
vous aviez enfanté
ils/elles avaient enfanté
Futur antérieur
j'aurai enfanté
tu auras enfanté
il/elle aura enfanté
nous aurons enfanté
vous aurez enfanté
ils/elles auront enfanté
Passé composé
j'ai enfanté
tu as enfanté
il/elle a enfanté
nous avons enfanté
vous avez enfanté
ils/elles ont enfanté
Conditionnel passé
j'aurais enfanté
tu aurais enfanté
il/elle aurait enfanté
nous aurions enfanté
vous auriez enfanté
ils/elles auraient enfanté
Passé antérieur
j'eus enfanté
tu eus enfanté
il/elle eut enfanté
nous eûmes enfanté
vous eûtes enfanté
ils/elles eurent enfanté
Subjonctif passé
j'aie enfanté
tu aies enfanté
il/elle ait enfanté
nous ayons enfanté
vous ayez enfanté
ils/elles aient enfanté
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse enfanté
tu eusses enfanté
il/elle eût enfanté
nous eussions enfanté
vous eussiez enfanté
ils/elles eussent enfanté

ENFANTER

(an-fan-té) v. a.
Donner le jour à un enfant. Heureuse la mère qui l'a enfanté. Par extension.
Ce peuple que la terre enfantait tout armé [CORN., Médée, I, 1]
Le monde, de qui l'âge avance les ruines, Ne peut plus enfanter de ces âmes divines [BOILEAU, Lutr. III]
Cieux, répandez votre rosée, Et que la terre enfante son sauveur [RAC., Athal. III, 7]
Sitôt que le devoir l'ordonne, La France enfante des soldats [LAMOTTE, Odes, t. I, p. 64, dans POUGENS]
Absolument.
Le chaos se féconde, et la nature enfante [DELILLE, Parad. perdu, VII]
Fig. Créer, concevoir, produire.
Tout ce qu'elles pourront enfanter de tempêtes, Sans venir jusqu'à nous, crèvera sur leurs têtes [CORN., Théod. I, 1]
On y voit tour à tour la paix et les combats ; On y voit l'amertume enfanter les appas [ID., Imit. II, 9]
Le poëte par bonheur n'ayant point enfanté de nouvelles stances [SCARRON, Rom. com. part. I, ch. 13]
Bienheureux Scudéri, dont la fertile plume Peut tous les mois sans peine enfanter un volume [BOILEAU, Sat. II]
Que Racine, enfantant des miracles nouveaux, De ses héros sur lui [le roi] forme tous les tableaux [ID., Art p. IV]
Accourez, troupe savante ; Des sons que ma lyre enfante, Ces arbres sont réjouis [ID., Ode sur Namur.]
Et quel affreux projet avez-vous enfanté, Dont votre cœur encor doive être épouvanté ? [RAC., Phèd. I, 3]
C'est au génie seul à enfanter toutes les hardiesses qui contribuent si fort au merveilleux de la poésie et au sublime de l'éloquence [D'OLIVET, Hist. de l'Acad. t. II, p. 59, dans POUGENS]
Je l'ai vu, ce n'est point une erreur passagère Qu'enfante du sommeil la vapeur mensongère [VOLT., Sém. I, 5]
Son nom et son malheur enfantent des soldats [ID., Triumv. II, 2]
De la ligue en cent lieux les villes alarmées Contre moi dans la France enfantaient des armées [ID., Henr. III, 143]
Ses succès, sa valeur, Bientôt à Spartacus enfantent une armée [SAURIN, Spart. I, 1]
Absolument. Cet auteur enfante difficilement, il ne produit des ouvrages qu'avec peine.
Dans le langage mystique, enfanter une âme en ou à Jésus-Christ, la rendre digne de Jésus-Christ et de la vie éternelle.
Si Dieu a béni le travail par lequel je tâche de vous enfanter en Jésus-Christ, et que, trop indigne ministre de ses conseils, je n'y aie pas été moi-même un obstacle [BOSSUET, Anne de Gonz.]
Dieu ébranlera tout l'État pour l'affranchir [Henriette] de ces lois ; il met les âmes à ce prix ; il remue le ciel et la terre pour enfanter ses élus [ID., Duch. d'Orl.]
Tant de saints pasteurs qui offrent leurs âmes et leurs travaux pour vous enfanter à Jésus-Christ [MASS., Car. Mot. de conv.]
S'enfanter, v. réfl. Être enfanté, être produit. Une tragédie ne s'enfante pas si facilement.

PROVERBE

  • C'est la montagne qui enfante une souris, ou la montagne a enfanté une souris, se dit de grands projets qui viennent à rien.
    Que produira l'auteur après tous ces grands cris ? La montagne en travail enfante une souris [BOILEAU, Art p. III]

SYNONYME

  • ENFANTER, ENGENDRER. Engendrer est relatif à la génération ; enfanter, à l'enfant qui est mis au monde. De là la différence de sens entre ces deux mots : d'abord engendrer se dit également du mâle et de la femelle, de l'homme et de la femme ; enfanter ne se dit que de la femme seule. Au figuré, engendrer s'applique à ce qui peut être comparé à une génération ; et enfanter à ce qui peut être comparé à la mise au monde. Tant que l'idée de mise au monde n'est pas nécessaire, on se sert indifféremment d'engendrer ou d'enfanter : ce discours engendra ou enfanta des discordes. Mais, quand cette idée est nécessaire, c'est enfanter qu'il faut : on enfante un projet, un ouvrage.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Graces rendit al enfanter, e Samuel le fist numer [, Rois, p. 4]
  • XIIIe s.
    S'ele [la mère] estoit franche quant ele conçut, et quant à l'anfanter est serve, droit dit que li enfes est frans [, Liv. de just. 54]
    Mestre, fist le chevalier, je vous demande si vous creez que la vierge Marie, qui Dieu porta en ses flans et en ses bras, enfantast vierge [JOINV., 198]
  • XVIe s.
    Elle enfanta un enfant mort [PARÉ, XXIX, 16]
    Vous ne tuerez point L. Caesar, que premierement vous ne me tuez, moy qui ay enfanté vostre capitaine [AMYOT, Anton. 23]

ÉTYMOLOGIE

  • Enfant ; provenç. enfantar, effantar, efantar ; ital. infantare.

enfanter

ENFANTER. v. tr. En parlant d'une Femme, Mettre au monde un enfant. Il est dit dans l'Écriture : Une vierge concevra et enfantera un fils. Absolument, Enfanter avec douleur. Après qu'une femme a enfanté. Il a vieilli. On dit plutôt ACCOUCHER.

Fig. et fam., La montagne a enfanté une souris, ou C'est la montagne qui enfante une souris, se dit Lorsque de grands projets, de belles promesses ne produisent rien qui réponde à l'espérance qu'on en avait conçue.

Il se dit aussi, figurément, de Ce qui produit, de ce qui détermine un effet, un résultat bon ou mauvais. Les guerres civiles enfantent mille maux. Enfanter des prodiges, des miracles.

enfanter

Enfanter, Parere, Edere partum, Educere foetum.

Donnez luy licence d'enfanter, Date facultatem huic pariundi.

Elle est preste d'enfanter, Partus prope instat.

Le temps d'enfanter, Partitudo.

Elle a enfanté deux gemeaux, Gemellos enixa est.

En enfantant, In pariundo.

Enfanté, Partus.

Celle qui a enfanté, Parta. Colum. Puerpera.

Synonymes et Contraires

enfanter

verbe enfanter
1.  Littéraire. Mettre au monde.
accoucher -littéraire: procréer.
2.  Littéraire. Produire quelque chose.
Traductions

enfanter

הוליד (הפעיל), המליט (הפעיל), יילד (פיעל), ילד (פ'), הוֹלִיד, יָלַד, הִמְלִיט

enfanter

γεννώ

enfanter

naski

enfanter

gebären

enfanter

werpen

enfanter

[ɑ̃fɑ̃te]
vi → to give birth
vt → to give birth to