enfourchure

ENFOURCHURE

(an-four-chu-r') s. f.
Point où un arbre se bifurque.
C'est ordinairement sur l'enfourchure d'un arbre que les écureuils établissent leur domicile [BUFF., Écureuil.]
Terme de chasse. La tête d'un cerf, lorsque l'extrémité du bois se termine en deux pointes qui ont l'apparence d'une fourche.
La naissance de la fourche que forment les deux canons d'un pantalon, d'un caleçon. Terme de manége. La partie du corps qui est entre les deux cuisses. On dit que, pour se bien tenir à cheval, il faut s'y tenir assis droit sur l'enfourchure et non sur les fesses.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Grant cors [il] out, et lons bras, et enfourcheure lée [large] [, Rou, ms. p. 112, dans LACURNE]
  • XIIIe s.
    Cele a ses braies avalées Qu'ele avoit à son cul fermées, Ele a fait large enforcheüre Par bien mostrer cele nature [, Ren. 7161]

ÉTYMOLOGIE

  • Enfourcher.
Traductions