enharnacher

(Mot repris de enharnacherais)

ENHARNACHER

(an-har-na-ché) v. a.
Mettre le harnais. Enharnacher, un cheval.
Habiller grotesquement.
Vous moquez-vous du monde, de vous être fait enharnacher de la sorte ? [MOL., le Bourg. G. III, 3]
Car en chasseur fameux j'étais enharnaché [ID., Princ. d'Élide, I, 2]
S'enharnacher, v. réfl. Se vêtir grotesquement.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Teus [tel] espase n'est mie pour plaidier, mais pour lui enharneskier [préparer, munir] [DU CANGE, harnascha.]

ÉTYMOLOGIE

  • En 1, et harnacher.
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877

enharnacher

ENHARNACHER. (L'H est aspirée.) v. tr. Revêtir de harnais. Enharnacher un cheval. On dit plutôt HARNACHER.

Fig. et par plaisanterie, Vous voilà bien enharnaché, plaisamment enharnaché, Vous êtes vêtu d'une manière ridicule.

Dictionnaire de L'Académie française 8th Edition © 1932-5

enharnacher

Enharnacher un cheval.

Jean Nicot's Thresor de la langue française © 1606

enharnacher


ENHARNACHER, v. act. [An-arnaché: aspirez l'h.] Il signifie la même chôse qu'harnacher, mettre les harnois à un cheval. = On dit par plaisanterie, à un homme vétu d'une manière extraordinaire: "Comme vous voilà enharnaché; qui vous a enharnaché si plaisamment?

Jean-François Féraud's Dictionaire critique de la langue française © 1787-1788