enroué, ée

ENROUÉ, ÉE

(an-rou-é, ée) part. passé.
Qui a de l'enrouement.
Si la nature lui a donné une voix enrouée [PASC., Imag. I]
À chaque instant redoublent les injures, Les aigres sons, les enroués murmures [J. B. ROUSS., Ép. I, 5]
Rien n'est plus dangereux que de chanter lorsqu'on est enroué ; c'est risquer de perdre sa voix [Mme DE GENLIS, Théâtre d'éduc. Enf. gâté, II, 2]
J'aime après le combat que sa voix [du vrai soldat] enjouée Rie, et, des cris de guerre encor tout enrouée, Chante les houris et l'amour [V. HUGO, Orient. 15]
Parler enroué, parler d'une voix enrouée.