enrouement

(Mot repris de enrouements)

enrouement

n.m.
Altération de la voix, qui change de timbre, de tonalité et de hauteur.

enrouement

(ɑ̃ʀumɑ̃)
nom masculin
altération de la voix Son enrouement l'empêche de chanter.

ENROUEMENT

(an-rou-man) s. m.
Altération particulière de la voix et de la toux, qui les rend sourdes et voilées.
Ces Rochefoucauld furent toute la nuit dans leur jardin pendant le feu, et le lendemain l'abbé de Marsillac et ses sœurs étaient dans un enrouement et une tousserie pitoyable [SÉV., 619]

ÉTYMOLOGIE

  • Enrouer.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • ENROUEMENT. Ajoutez : - HIST. XIVe s.
    Frere, ce dist Guillaumes qui parla bassement, En faignant son langaige, com par esruement... [, Ciperis, dans Hist. litt. de la France, t. XXVI, p. 23]

enrouement

ENROUEMENT. n. m. État de celui qui est enroué.

enrouement

Enrouement, ou Enroueure, Raucitas, Rauis.

Enrouément, Adverb. Rauce.

enrouement


ENROUEMENT, s. m. ENROUER, v. a. [Anroûman, anrou-é; 2e lon. au 1er: l'e après l'u y est tout-à-fait muet.] Enrouer c'est rendre la voix rauque et moins nette. Enroûment est l'incomodité de celui qui est enroué. "Le brouillard l'a enroué: il s'est enroué depuis huit jours. "J'ai un grand enroûment.
   Rem. M. Tissot dit enrouûres, c'est un barbarisme. M. Desgrouais le met au nombre des gasconismes, et l'illustre Médecin Suisse l'avait probablement pris à Montpellier.
   ENROUÉ, ÉE, adj. Il doit toujours suivre le substantif. Rousseau le fait précéder.
   À~ chaque instant redoublent les injures,
   Les aigres sons, les enroués murmures.
Cette inversion est à peine suportable dans le style marotique.
   ENROUÉ est employé adverbialement dans cette locution. "Il parle enroué.

Traductions

enrouement

הצטרדות (נ), צרידות (נ), צְרִידוּת

enrouement

heesheid

enrouement

raucedine