ensauvager

(Mot repris de ensauvageai)

ENSAUVAGER

(an-sô-va-jé) v. a.Le g prend un e devant a et o : ensauvageant.
Rendre sauvage.
Il ne faut pas dénaturer le caractère national, il ne faut pas ensauvager les mœurs d'un peuple [DAUNOU, dans STE-BEUVE, Portraits contemp. art. Daunou.]
S'ensauvager, v. réfl. Devenir sauvage.
La rapidité avec laquelle les mœurs se sont ensauvagées et les intelligences obscurcies, du Ve au VIe siècle [par l'invasion des barbares] [MONOD, Rev. critique, 1er avr. 1876, n° 14, p. 224]
Tout devient jungle [dans l'Inde, en la saison des pluies] ; même les jardins s'ensauvagent et prennent des airs menaçants [, le Temps, 27 déc. 1876, 3e page, 3e col.]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Kar [les païens] raisun plus n'orreient ke tigre ensauvagi [, Vie de seint Auban, publ. par Atkinson, Londres, 1876, V. 470]
    Oisel te devurent [dévorent] e lu [loups] ensauvagi [, ib. V. 1507]