entortillage

(Mot repris de entortillages)

ENTORTILLAGE

(an-tor-ti-lla-j', ll mouillées, et non en-tor-ti-ya-j') s. m.
Action d'entortiller ; résultat de cette action. Je ne puis me reconnaître dans l'entortillage de ces fils.
Fig. Manière d'entremêler, dans un discours, des idées équivoques afin de n'être pas compris, ou des idées affectées pour donner au style le caractère de la recherche.
Je rentre dans la lice, armé de mes seuls principes et de la fermeté de ma conscience, et je prie tous ceux de mes adversaires qui ne m'entendront pas de m'arrêter, afin que je m'exprime plus clairement ; car je suis décidé à déjouer tous les reproches tant répétés d'évasion, de subtilité, d'entortillage [MIRABEAU, Collection, t. III, p. 358]

ÉTYMOLOGIE

  • Entortiller.

entortillage

ENTORTILLAGE. (ILL se prononce IYA dans ce mot et IYE dans les deux suivants.) n. m. Ce qui, dans des paroles ou dans un écrit, est entortillé, obscur, prétentieux. Il y a dans ce style bien de l'entortillage.