entr'oublier

ENTR'OUBLIER (S')

(an-trou-bli-é) v. réfl.
S'oublier mutuellement.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Mais quant li devoie conter, Tant me plaisoit à regarder Sa biauté, tous m'entroublioie ; Qui me deüst les iex [yeux] crever, Ne seüsse un seul mot souner [sonner, dire] De quanques enpensé avoie [, Hist. litt. de la Fr. t. XXIII, p. 614]
    S'en avoie tel guerredon, Que mes maus en entr'oblioie Por lo delit et por la joie [, la Rose, 1822]
    La parole David est bien entr'oubliie, Qui dist : rendés vos veus, ne les trepassés mie [RUTEB., 239]
  • XVe s.
    Ainsi fut entr'oubliée petit à petit la mort Jacques d'Artevelle [FROISS., I, 1, 249]

ÉTYMOLOGIE

  • Entre, et oublier. Dans l'historique, entr'oublier a le sens d'oublier à demi, peu à peu.