entr'ouvrir

(Mot repris de entr'ouvrirent)

ENTR'OUVRIR

(an-trou-vrir) v. a.Se conjugue comme ouvrir.
Ouvrir par disjonction.
Des mers pour eux il entr'ouvrit les eaux [RAC., Athal. I, 4]
La terre .... nous paîra sa culture ; Ce bras, nerveux encore, est propre à l'entr'ouvrir [DUCIS, Lear, II, 5]
Ouvrir à demi. Entr'ouvrir la porte.
Ce prince en soupirant Avec assez de peine entr'ouvre un œil mourant [CORN., Rodog. v, 4]
Il entr'ouvre ses yeux à la lumière [FÉN., Tél. v.]
Fig.
Ninias en secret privé de la lumière Du trône où j'aspirais m'entr'ouvrait la barrière [VOLT., Sémir. II, 4]
La douleur lentement m'entr'ouvre le tombeau [LAMART., Méd. I, 18]
S'entr'ouvrir, v. réfl. Être ouvert par disjonction. La terre s'entr'ouvrit.
Le nuage descend, il s'arrête, il s'entr'ouvre [CORN., Toison d'or, III, 6]
Le ciel brille d'éclairs, s'entr'ouvre, et parmi nous Jette une sainte horreur qui nous rassure tous [RAC., Iphig. v, 6]
S'ouvrir à demi. La porte s'entr'ouvrit.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    La dame ki fu en atente, Avoit le postic entr'ouvert [, Lai d'Ignaurès]
  • XIIIe s.
    Le grant huis de la chambre Blancheflors entrouvrit [, Berte, LXXXIX]
  • XVe s.
    Ha hay ! qui puet avoir osté Du monument et descouvert Le couvercle et entrouvert ? [, Resurrection de N. S. Mystère]
  • XVIe s.
    Quand les os s'eslochent, s'entr'ouvrent et entre-baaillent, sans toutesfois estre luxés [PARÉ, XIV, 1]
    Le ciel sembla s'entr'ouvrir [AMYOT, Fab. 4]

ÉTYMOLOGIE

  • Entre, et ouvrir.

entr'ouvrir

ENTR'OUVRIR. v. a. Ouvrir à demi, ouvrir un peu. Entr'ouvrir la porte, la fenêtre. Entr'ouvrir les yeux.

Il s'emploie aussi avec le pronom personnel. La terre s'entr'ouvrit. Les roses commencent à s'entr'ouvrir. À la fin ses yeux s'entr'ouvrirent. Cette voûte commence à s'entr'ouvrir.

entr'ouvrir


ENTR'OUVRIR, v. act. [An-trou-vri: 1re lon.] Ouvrir à demi. "Entr'ouvrir la porte, la fenêtre, les yeux. — S'entr'ouvrir. "La terre s'entr'ouvre. "À~ la fin ses yeux s'entr'ouvrirent. — La porte est entr'ouverte, etc.