entrailles

entrailles

n.f. pl. [ du lat. interaneus, intérieur, intestinal ]
1. Organes contenus dans l'abdomen et le thorax viscères
2. Litt. Ventre maternel : Le fruit de mes entrailles mon enfant ; sein
3. Litt. Régions profondes : Les entrailles de la Terre.
4. Litt. Siège des émotions, de la sensibilité : Le récit du calvaire qu'elle a vécu m'a pris aux entrailles m'a bouleversé ; cœur).

entrailles

(ɑ̃tʀɑj)
nom féminin pluriel
1. ensemble des organes situés à l'intérieur de l'abdomen ouvrir un animal pour lui ôter les entrailles
2. partie la plus profonde, centre de qqch les entrailles de la Terre
3. figuré centre des sentiments Il était pris aux entrailles à la vue cette misère.

ENTRAILLES

(an-trâ-ll', ll mouillées, et non antrâ-ye) s. f.
Nom générique donné aux parties enfermées dans le tronc de l'homme et des animaux, et particulièrement dans le ventre.
Ils vidèrent les entrailles et embaumèrent le corps [VAUGEL., Q. C X, 10]
Il consulte les entrailles des victimes [FÉN., Tél. IX]
Ses entrailles commencèrent à sortir avec un ruisseau de sang : son teint se flétrit comme une fleur que la main d'une nymphe a cueillie dans les prés [ID., ib. XX]
Cette science frivole qui consiste à connaître la volonté des dieux, ou par le vol des oiseaux, ou par leur chant, ou par l'inspection des entrailles d'une victime [DIDER., Opin. des anc. phil. (Romains).]
Ici des athlètes qui n'étaient pas encore entrés en lice, cherchaient dans les entrailles des victimes la destinée qui les attendait [BARTHÉL., Anach. ch. 38]
Sentir crier ses entrailles, avoir faim.
Un auteur qui, pressé d'un besoin importun, Le soir entend crier ses entrailles à jeun, Goûte peu d'Hélicon les douces promenades [BOILEAU, Art p. IV]
Fig. Déchirer ses entrailles, en parlant d'un peuple, être en proie aux discordes civiles.
Assez de funestes batailles, Et de carnages inhumains Ont fait en nos propres entrailles Rougir nos déloyales mains [MALH., III, 2]
Qu'elle-même [Rome] sur soi renverse ses murailles, Et de ses propres mains déchire ses entrailles [CORN., Hor. IV, 5]
Rome par ses mains déchirait ses entrailles [ID., Cinna, I, 3]
Fig. Sentir ses entrailles se déchirer, éprouver une vive douleur.
C'est lui [Smindyride] qui, voyant un paysan soulever sa bêche avec effort, sentait ses entrailles se déchirer, et qui ne pouvait dormir si, parmi les feuilles de rose dont son lit était jonché, une seule venait à se plier par hasard [BARTHÉL., Anach. ch. 37]
Sein de la mère. Le fruit de vos entrailles.
Il se dit des lieux les plus profonds de la terre. Les entrailles d'un volcan.
Il a fouillé les entrailles de la terre [BOSSUET, Connaiss. VII]
Fig. Ce qu'il y a de plus intime dans une composition littéraire. Cette distinction sort des entrailles mêmes du sujet.
Ce qui sort de nous, notre famille, nos enfants.
C'est un homme armé contre ses propres entrailles [PATRU, Plaid. VI, dans RICHELET]
Madame, épargnez-les, épargnez vos entrailles [CORN., Médée, III, 4]
L'intérieur, le fond de l'âme.
Ceux qui écrivent par humeur, que le cœur fait parler, à qui il inspire les termes et les figures, et qui tirent, pour ainsi dire, de leurs entrailles tout ce qu'ils expriment sur le papier [LA BRUY., I]
Sensibilité, tendre affection.
Laissons-nous aller de bonne foi aux choses qui nous prennent par les entrailles, et ne cherchons point de raisonnement pour nous empêcher d'avoir du plaisir [MOL., Critique, sc. 7]
Il veut lui donner pour nous des entrailles de mère [BOSSUET, II, Nativ. 2]
Il ne pensa plus qu'à ce jeune prince [le dauphin, fils de Louis XIV].... de peur de l'amollir par la tendresse, il emprunta l'autorité du roi ; de peur de le rebuter par l'austérité des préceptes, il prit les entrailles du père [FLÉCH., Duc de Montausier.]
Et vous qui lui devez [au malheureux] des entrailles de père [RAC., Athal. II, 5]
.... Je sens que, malgré ton offense, Mes entrailles pour toi se troublent par avance [ID., Phèdre, IV, 3]
Il fut surpris de trouver ses entrailles attendries [FÉN., Tél. X]
Absolument.
Je prédis à quiconque a des entrailles qu'il versera des larmes [J. J. ROUSS., Ém. I]
La politique, qui a des yeux et point d'entrailles [RAYNAL, Hist. phil. XIV, 26]
Annibal, cruel, sans entrailles, fut en magnanimité fort inférieur à son rival [CHATEAUB., Itin. III, 134]
Cet acteur a des entrailles, il joue avec chaleur et une grande vérité dans les situations pathétiques.
Terme de dévotion. Les entrailles de la miséricorde divine.
Dieu qui ferme pour toujours ses entrailles à la miséricorde [MASS., Pet. carême, Vices.]
Que sont devenues les entrailles de vos miséricordes ? [ID., Carême, Mélange.]
Par extension.
Revêtez-vous envers vos frères d'entrailles de miséricorde [BOSSUET, Instr.]
Un attachement inviolable pour le roi, des entrailles de miséricorde pour les malheureux, une immuable persévérance dans tous ses devoirs [ID., Mar.-Thér.]
Dans ces malheurs, les entrailles de la charité s'émurent [MONTESQ., Esp. XXX, 11]

SYNONYME

  • BOYAUX, ENTRAILLES. Ces deux mots signifient exactement la même chose ; mais entrailles est du style noble, et boyau du style le plus trivial, s'il n'est pas purement didactique. De plus, entrailles se prend très bien dans le sens figuré, et boyau ne s'y prend presque jamais qu'en ridicule : Ce logement n'est qu'un boyau.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Si le prist grant dolor en ses entrailles [, Machab. II, 8]
  • XIIIe s.
    Il vesti maleïçon [malédiction] ansi come vestement, et entra ele es antrailles de lui [, Psautier, f° 136]
    Par sa pel dure qui vorroit [voudrait], Ses entrailles veoir porroit [, la Rose, 10204]
    Del sanc aus Sarrazins font corre grant ruisel, Tout li pré sont covert d'entraille et de boiel [, Ch. d'Ant. II, 563]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. intralia ; espagn. entrañas ; du bas-lat. intrania, dans la loi salique ; du latin interanea. L'l a été substituée à l'n dans le français et dans le provençal, peut-être par influence de la finale aille qui est commune en français. Roquefort cite une forme française entreigne, qui était la vraie dérivation.

entrailles

ENTRAILLES. n. f. pl. Intestins, organes enfermés dans l'abdomen de la partie inférieure de la cage thoracique. Avoir une inflammation d'entrailles. Humecter, rafraîchir les entrailles. On porta son coeur dans telle église et ses entrailles dans telle autre. Douleurs d'entrailles. On l'a ouvert et on lui a trouvé toutes les entrailles fort saines. Les anciens consultaient les entrailles des animaux, des victimes.

Il se dit aussi de la Partie du corps dans laquelle la femme porte l'enfant qu'elle a conçu. Le fruit de ses entrailles.

Il se dit aussi, figurément, des Lieux les plus profonds de la terre. On fouille dans les entrailles de la terre pour en tirer les métaux.

Il signifie encore, au figuré, Profonde affection. Cette femme a des entrailles de mère pour cet enfant. Des entrailles de père. Cet homme n'a pas d'entrailles.

Fig., Ce drame prend le spectateur aux entrailles, Il émeut profondément.

entrailles

Entrailles, Exta, Interanea, Intestina, Praecordia, Viscus.

Entrailles qui se remuent encore, Exta spirantia.

Entrailles horribles à voir, Exta atrocia.

Oster les entrailles, Exenterare, Euiscerare.

entrâilles


ENTRâILLES, s. f. pl. [Antrâ-glie; 2e lon.] Au propre, intestins, boyaux. "Avoir les entrâilles échaufées, brûlées. Humecter, rafraichir les entrâilles. = Au figuré, afection, tendresse, compassion. "Les entrâilles paternelles. "Avoir des entrâilles de père, de mère pour ses enfans. "Les entrâilles de la miséricorde de Dieu, expression consacrée, tirée du cantique de Zacharie, per viscera misericordioe Dei nostri. "Cet homme a des entrâilles, de la compassion, de la tendresse pour les malheureux. = L'Acad. dit aussi, avoir de bones entrâilles, les meilleûres entrâilles du monde, avoir un coeur très-tendre et très-sensible pour ses amis, pour ceux qui soufrent; mais ces manières de parler ne sont que du style familier; encore sont-elles peu usitées. = On dit d'un Acteur, qu'il a des entrâilles pour dire, qu'~ il s'afecte de son rôle, et le rend avec chaleur et vérité.
   ENTRAILLES, se dit figurément des chôses inanimées. "Les entrâilles de la terre.
   On l'a vu dans nos champs, semant les funérailles,
   De son propre pays déchirer les entrâilles.
       P. Marion. Cromvel.

Synonymes et Contraires

entrailles

nom féminin pluriel entrailles
1.  Viscères abdominaux.
boyaux, intestins, tripaille, tripes.
2.  Littéraire. Siège de la conception.
ventre -littéraire: sein.
Traductions

entrailles

entrails, guts, bowel, womb

entrailles

קרביים (ז״ר), קְרָבַיִם

entrailles

vnitřnosti

entrailles

entrailles

interiora

entrailles

[ɑ̃tʀɑj] nfpl
(animales)entrails
(humaines)bowels