entrecoupé, ée

ENTRECOUPÉ, ÉE

(an-tre-kou-pé, pée) part. passé.
Coupé en divers points.
La Grèce, entrecoupée de tous côtés par des mers, devait fleurir par le commerce [RAYNAL, Hist. phil. I, Introd.]
Terme de botanique. Vaisseaux entrecoupés, ceux qui composent le tissu cellulaire moniliforme.
Par extension, interrompu, saccadé.
Vénus lui répondit d'une voix entrecoupée de profonds soupirs [FÉN., Tél. IX]
Plus de fadeur, plus de galanterie ; son langage était rapide, entrecoupé, plein de substance et de chaleur [MARMONTEL, Cont. moraux, Les quatre flacons.]
Il balbutia quelques mots entrecoupés [Mme DE GENLIS, Ad. et Théod. t. III, lett. 16, p. 112, dans POUGENS.]

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    ENTRECOUPÉ. Ajoutez :
    Terme de forestier. Qui est coupé par des clairières.
    Le peuplement qui renferme des clairières est dit clairiéré ou entrecoupé [G. BAGNERIS, Manuel de sylvic. page 5, Nancy, 1873]