entremetteur, euse

ENTREMETTEUR, EUSE

(an-tre-mè-teur, teû-z') s. m. et f.
Celui, celle qui s'entremet. Il a été l'entremetteur de cette affaire.
Voici quelques articles qu'il a dictés lui-même à notre entremetteur, pour vous être montrés, avant que de rien faire [MOL., l'Avare, II, 1]
Les péchés dont ils sont les entremetteurs [PASC., Prov. 6]
Théodote vise également à se faire des patrons et des créatures ; il est médiateur, confident, entremetteur ; il veut gouverner [LA BRUY., VIII]
Il est juste que celui qui en est l'interprète ou l'entremetteur [des marques de la charité de J. C.] la ressente avec abondance [FLÉCH., Panég. II, p. 395]
Aurait-il fallu tant d'entremetteurs pour vous réconcilier ? [MASS., Carême, Pardon.]
En un sens spécial et défavorable. Celui, celle qui sert des intrigues de galanterie.
Je conclus que la marquise avait des inclinations bizarres, vu que le bossu faisait le personnage d'entremetteur [LESAGE, Gil Blas, IV, 8]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Il effacea incontinent tous les autres orateurs et entremetteurs du gouvernement [AMYOT, Alc. 19]
    Ce prince vouloit que d'Aubigné fut son entremetteur dans cette intrigue [amoureuse] [D'AUB., Vie, XXXIX.]
    Aulcuns [dieux], moyens entre la divine et l'humaine nature, mediateurs, entremetteurs de nous à Dieu [MONT., II, 277]

ÉTYMOLOGIE

  • Entremettre.