entreprenant, ante

ENTREPRENANT, ANTE

(an-tre-pre-nan, nan-t') adj.
Qui se porte activement à quelque entreprise. Un homme actif et entreprenant.
Si de votre parole un manque surprenant La jette entre les bras d'un homme entreprenant [CORN., T. et Bérén. II, 1]
Les esprits originaux ont un sentiment naturel de leurs forces qui les rend entreprenants même sans qu'ils s'en aperçoivent [FONTEN., Renau.]
La vieillesse et les malheurs domestiques du roi l'avaient rendu plus faible, et madame la duchesse du Maine plus entreprenante [Mme DE CAYLUS, Souvenirs, p. 218, dans POUGENS]
La trêve de 1609 donna à cette entreprenante et heureuse république [la Hollande] le temps de mûrir ses nouveaux projets [RAYNAL, Hist. phil. IX, 8]
En mauvaise part, qui se laisse aller à des hardiesses excessives. Cet homme est bien entreprenant.
Le roi entreprenant est odieux à tous les autres et sans cesse exposé à leurs ligues [FÉN., Tél. v.]
Le prince était stupide et l'impératrice entreprenante à l'excès [MONTESQ., Espr. VI, 5]
Au masculin et pris absolument. Hardi auprès des femmes, en fait d'amour et de galanterie.
C'était un jeune homme entreprenant et digne de l'attention d'une jolie femme mal mariée [LESAGE, Diable boit. 9]
Il devient entreprenant sans désirs et fat par mauvaise honte [J. J. ROUSS., Émile, IV]
Cette folie m'a toujours rendu très peu entreprenant près des femmes [ID., Confes. I]

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Hardis et entreprenans [FROISS., I, 1, 160]
    De tout cerchier en ce temps m'efforçay, Je fus hastis, chaux et entreprenans [E. DESCHAMPS, Err. de la jeunesse.]
  • XVIe s.
    Homme reposé, non entreprenant [AMYOT, Solon, 61]