envenimer

(Mot repris de envenimées)

envenimer

v.t. [ de venin ]
1. Provoquer l'infection de : Il envenime sa blessure en travaillant dans la poussière infecter
2. Fig. Faire dégénérer : Ces représailles enveniment la situation aggraver, tendre

s'envenimer

v.pr.
1. S'infecter : Sa coupure s'est envenimée s'enflammer
2. Fig. Se détériorer ; devenir hostile : La crise s'est envenimée s'aggraver, dégénérer, empirer ; s'apaiser

envenimer


Participe passé: envenimé
Gérondif: envenimant

Indicatif présent
j'envenime
tu envenimes
il/elle envenime
nous envenimons
vous envenimez
ils/elles enveniment
Passé simple
j'envenimai
tu envenimas
il/elle envenima
nous envenimâmes
vous envenimâtes
ils/elles envenimèrent
Imparfait
j'envenimais
tu envenimais
il/elle envenimait
nous envenimions
vous envenimiez
ils/elles envenimaient
Futur
j'envenimerai
tu envenimeras
il/elle envenimera
nous envenimerons
vous envenimerez
ils/elles envenimeront
Conditionnel présent
j'envenimerais
tu envenimerais
il/elle envenimerait
nous envenimerions
vous envenimeriez
ils/elles envenimeraient
Subjonctif imparfait
j'envenimasse
tu envenimasses
il/elle envenimât
nous envenimassions
vous envenimassiez
ils/elles envenimassent
Subjonctif présent
j'envenime
tu envenimes
il/elle envenime
nous envenimions
vous envenimiez
ils/elles enveniment
Impératif
envenime (tu)
envenimons (nous)
envenimez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais envenimé
tu avais envenimé
il/elle avait envenimé
nous avions envenimé
vous aviez envenimé
ils/elles avaient envenimé
Futur antérieur
j'aurai envenimé
tu auras envenimé
il/elle aura envenimé
nous aurons envenimé
vous aurez envenimé
ils/elles auront envenimé
Passé composé
j'ai envenimé
tu as envenimé
il/elle a envenimé
nous avons envenimé
vous avez envenimé
ils/elles ont envenimé
Conditionnel passé
j'aurais envenimé
tu aurais envenimé
il/elle aurait envenimé
nous aurions envenimé
vous auriez envenimé
ils/elles auraient envenimé
Passé antérieur
j'eus envenimé
tu eus envenimé
il/elle eut envenimé
nous eûmes envenimé
vous eûtes envenimé
ils/elles eurent envenimé
Subjonctif passé
j'aie envenimé
tu aies envenimé
il/elle ait envenimé
nous ayons envenimé
vous ayez envenimé
ils/elles aient envenimé
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse envenimé
tu eusses envenimé
il/elle eût envenimé
nous eussions envenimé
vous eussiez envenimé
ils/elles eussent envenimé

ENVENIMER

(an-ve-ni-mé) v. a.
Infecter de venin. Certains sauvages enveniment leurs flèches. Peu usité en ce sens propre. On dit plutôt empoisonner.
Donner un caractère malin à une plaie. Il a envenimé sa plaie en la grattant. Par extension. Cette herbe m'a envenimé la bouche.
Fig. Donner un caractère odieux. Envenimer un fait, un récit.
Ils venaient d'envenimer la sainteté de ses paroles [MASS., Carême, Médisance.]
Ne vous est-il jamais arrivé qu'on ait envenimé vos discours les plus innocents ? [ID., Carême, Pardon.]
C'est là-dessus que Zozime fonde le récit si propre à envenimer les motifs de la conversion de Constantin [MONTESQ., Esp. XXIV, 13]
Inspirer des sentiments d'aigreur, de haine, comparés à un venin. Envenimer l'esprit de quelqu'un. Il l'a envenimé contre moi.
Point de colère qui l'emporte [le chrétien], point de ressentiment qui l'envenime, point de plaisir qui le tente [BOURD., Pensées, t. 1, p. 365]
En un sens analogue, rendre plus cuisant, plus vif, en parlant de sentiments, de querelles, etc. Envenimer une querelle.
.... N'envenime point le cuisant souvenir, Que le commandement devrait m'appartenir [CORN., Sertor. I, 1]
Des deux princes d'ailleurs la haine est trop puissante .... Moi-même je saurai si bien l'envenimer [RAC., Théb. II, 6]
S'envenimer, v. réfl. Devenir envenimé.
La plaie qui s'envenimait dans leur cœur [FÉN., Tél. VII]
Être tourné par la malveillance en un mauvais sens.
Et puis le monde est plein d'échos ; tout se répète, tout s'envenime [IMBERT, Jaloux sans amour, II, 7]

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Et peires [père] fu de la menzonge, quant il l'envelimeie semence de sa falseteit gittoit en l'omme [ST BERN., P. 523]
  • XIIIe s.
    Car cis qui sor soi la portoit [la pierre], Nesuns [aucuns] venins ne redotoit ; Nus nel pooit envenimer [, la Rose, 1079]
    Laquele nate sur quoy il sot [sut] que le soudanc s'asseoit tous les jours, il l'envenima [JOINV., 213]
  • XIVe s.
    Bestes qui sont envenimées, si comme chien enragié [H. DE MONDEVILLE, f° 80 bis, verso]
    Le pechié envenime et art le cuer de l'envieux [, Ménagier, I, 3]
  • XVe s.
    Cil Vautre.... mauvais garçon et envenimé estoit [FROISS., II, II, 107]
    Ne s'en put mie garder jadis Hercules le fort, quant il vestit la chemise envenimée dont il ne se donnoit de garde [, Boucic. I, 23]
  • XVIe s.
    Car quant l'honneur de nous envenimez [souillez], Vous offensez Dieu, la loy et nature [J. MAROT, V, 285]
    Son cœur est tant envenimé de peché, qu'il ne peut produire que toute perversité [CALV., Inst. 248]
    Aucunes fleches sont envenimées, les autres non [PARÉ, IX, 18]
    Et ce qu'il parloit peu, et qu'il s'en alloit triste, morne et pensif, monstroit plustost un courage envenimé au dedans, que non pas humilié par son bannissement [AMYOT, Marius, 76]
    Je n'ose envenimer ma langue à .l a satyre [RONS., 668]

ÉTYMOLOGIE

  • Berry et norm. envelimer ; bourguig. envairimé ; picard, invrimé ; provenç. enverinar, everinar, esverenar ; ital. invenelire, courroucer ; du lat. in, en, et venenum (voy. VENIN).

envenimer

ENVENIMER. v. tr. Infecter de venin. La peau de certains batraciens sécrète un poison qui peut envenimer les herbes sur lesquelles ils séjournent.

Fig., Envenimer un discours, un fait, le récit d'un fait, Les rapporter d'une manière perfide. On dit de même Envenimer l'esprit de quelqu'un, L'aigrir, le remplir de fiel contre un autre. Propos envenimés.

Par analogie, Envenimer une blessure, une plaie, L'enflammer, la rendre plus douloureuse, plus difficile à guérir. Il a envenimé sa plaie en la grattant. L'air malsain a envenimé la blessure.

Fig., Envenimer une querelle, une discussion, Les rendre plus vives, plus difficiles à apaiser.

envenimer

Envenimer, Quasi Inuenenare.

Envenimer le boire d'aucun, Pocula veneno inficere.

Quand les choses s'enveniment et s'empirent, Tumor rerum.

Don envenimé, Illitum veneno donum, vel venenatum.

envenimer


ENVENIMER, v. act. [Anvenimé; 1re. lon. 2e e muet, dern. é fer.] Infecter de venin. "Des crapauds, en bavant sur ces herbes, les ont envenimées. — Envenimer une plaie, la rendre plus mauvaise, plus dificile à guérir. "Ces remèdes trop âcres, ont envenimé la plaie. = Figurément Envenimer les discours, les raporter d'une manière odieûse. — Envenimer les esprits, les aigrir, les irriter.
   ENVENIMÉ ne se dit point des persones même, mais seulement des chôses qui ont raport aux persones. "Discours envenimé, style envenimé, langue envenimée. — M. Geofroi dit: "Il faut que M. G. soit bien envenimé, et trouve sa caûse bien mauvaise pour en venir jusqu'à falsifier le texte qu'il examine. — On dit, à la vérité, envenimer les esprits, et c'est une expression comme consacrée; mais je doute qu'on dise qu'un homme est envénimé, qu'une femme est envénimée contre une autre, pour dire qu'il est aigri, qu'elle est irritée, etc.

Synonymes et Contraires

envenimer

verbe envenimer
1.  Produire une inflammation.
2.  Aggraver une situation.

envenimer (s')

verbe pronominal envenimer (s')
Traductions

envenimer

fester, embitter, poisonverergereneskaliereninasprire (sɑ̃vənime)
verbe pronominal
1. s'infecter une blessure qui s'envenime
2. s'aggraver une dispute qui s'envenime

envenimer

[ɑ̃v(ə)nime] vt → to aggravate [ɑ̃v(ə)nime] vpr/vi [plaie] → to fester (fig) [situation, relations] → to worsen