envié

envie

ENVIE. n. f. Chagrin qu'on ressent du bonheur, des succès, des avantages d'autrui. Envie secrète. Avoir une mortelle envie contre quelqu'un. Être rongé d'envie. L'envie le dévore. Sécher d'envie. Exciter l'envie. Sa nomination lui attire l'envie de bien des gens. Son mérite est au-dessus de l'envie. Se mettre au-dessus de l'envie.

Faire envie, Donner de l'envie, exciter l'envie. On dit, dans ce sens, Il vaut mieux faire envie que pitié.

Porter envie à quelqu'un, Souhaiter un bonheur, un avantage pareil au sien, sans être fâché qu'il en jouisse. Je porte envie à mon ami de ce qu'il a le plaisir d'être avec vous. On emploie ENVIE dans le même sens, lorsqu'on dit Votre sort, votre bonheur est digne d'envie.

Regarder d'un oeil d'envie, jeter un oeil d'envie, se dit pour Regarder avec chagrin, avec convoitise. Il ne faut pas regarder d'un oeil d'envie le bien d'autrui.

Il désigne aussi Certaines nuances du désir tantôt plus faibles, tantôt plus fortes que le désir lui-même. Avoir envie, une extrême envie de dire, de savoir, d'apprendre, etc. Je n'ai nulle envie de vous nuire. Il ne voulait point de cette maison, mais on lui en a fait venir l'envie, on lui en a fait naître l'envie. On lui en a donné envie. Si l'envie lui en prend. L'envie lui a pris d'aller à Rome. Je brûle d'envie, j'ai bonne envie de vous revoir. Je meurs d'envie que vous soyez content. J'ai envie, j'ai bien envie de lui donner une correction. L'envie lui en est passée, lui en a passé, Il ne désire plus telle chose.

Faire passer l'envie de quelque chose à quelqu'un, L'en rassasier ou l'en dégoûter. Je saurai bien vous en faire passer l'envie.

Il se dit quelquefois d'un Besoin que l'on a le désir de satisfaire ou d'une Disposition à quelque chose. J'ai grande envie de boire, de manger. Avoir envie de dormir.

Faire envie, Exciter le désir. Ces beaux fruits lui font envie.

Passer son envie de quelque chose, Satisfaire le désir qu'on a de quelque chose. Cet objet n'était pas tellement cher, vous pouviez bien vous en passer l'envie.

Envie de femme grosse, Désir subit et impulsif, souvent même désordonné, que quelques femmes grosses ont de certaines choses.

ENVIES se dit aussi des Marques que les enfants apportent quelquefois en naissant, et qu'on suppose être une suite des impressions reçues par leurs mères pendant qu'elles étaient grosses.

Il se dit encore de Certains petits filets qui se détachent de la peau vers la base des ongles, quelquefois avec douleur. Avoir des envies aux doigts. Couper une envie.

envie

Envie, Inuidia.

Ancienne envie, Inuidia inueterata.

L'envie qui est entre deux compagnons aimans une mesme fille, Riualitas.

Avoir envie, AEmulari, Liuere, Liuescere, Inuidere.

Ils n'ont point d'envie l'un sur l'autre, Neuter vtri inuidet.

A l'envi l'un de l'autre, Certatim.

Condamné par envie, Condemnatus ex inuidia.

Sans envie, Citra inuidiam.

Sans envie, Simpliciter virtutem alicuius aestimare. B. ex Curtio.

Laisser son envie, Ponere inuidiam.

Bailler matiere d'envie, Ignem subiicere.

¶ Estre envié et hay, In inuidia, vel odio esse apud aliquem, Laborare ex inuidia, Flagrare inuidia.

N'estre point si envié, Vti inuidia minore.

Sur lequel on a envie, Inuidiosus.

Nous ne pourrons pas estre enviez, apres qu'on nous aura tout osté nos biens, Non poterimus vlla esse in inuidia spoliati opibus.

¶ Avoir envie sur quelque chose, et la desirer, Adiicere oculos alicui rei, Desyderare.

J'ay envie et volonté d'espier qu'est-ce qu'il fait, Libido est obseruare quid agat.

Mon fils, Cicero a grande envie d'ouir que c'est, etc. Studet meus audire Cicero quaenam sit, etc.

Il print faim et envie à Romule de fonder une ville, Romulum cupido coepit vrbis condendae, Romulum incessit cupido, etc.

envie


ENVIE, s. f. [Envi-e: 2e lon. 3e e muet.] 1°. Déplaisir qu'on a du bien d'autrui. "L'envie le dévore. Il sèche d'envie. "Il est rongé d'envie. Exciter l'envie. — Faire envie. "Il vaut mieux faire envie que pitié. "L'envie dégrade l'humanité: elle est un efet de l'orgueil qui se trouve blessé du mérite des autres hommes. MARIN, l'Homme aimable. Porter envie, se dit de la jalousie, ou quelquefois, d'une noble émulation. "Il ne faut pas porter envie aux heureux du siècle. "Alexandre portoit envie à Achile d' avoir eu un Homère pour chanter ses actions. = 2°. Desir, volonté. Il régit de devant les noms et les verbes "J'ai envie, ou grande envie de cet emploi, de vous voir, etc. = 3°. Marque que les enfans aportent en naissant. C'est un préjugé de croire qu'elles sont les éfets des desirs violens qu'ont eu les mères pendant leur grossesse, et qu'on apèle envies de femme grosse. = 4°. Petits filets, souvent douloureux, qui s'enlèvent de la peau autour des ongles.
   Rem. 1°. Envie, dans les deux sens, a une signification active. Il se dit de celui qui envie, ou qui desire, et non pas de celui qui est envié, ou de ce qui est desiré. Voiture s'est donc mal exprimé, quand il a dit. "Ne vous étonnez donc point qu'avec tant de gloire, vous ayez beaucoup d'envie. Il falait dire, beaucoup d'envieux.
   2°. Prendre envie régit, quand il est impersonel, le datif des noms, et de devant les verbes. "Il me prit envie de savoir ce qu'il diroit.
   3°. Envie se dit sur-tout des chôses; porter envie se dit des chôses et des persones. "Il ne faut pas envier le bien d'autrui.
   Au bonheur du prochain ne portez point envie.
"Moi, qui ne vous envie pas votre esprit, ni votre science, je vous porte envie de ce que vous avez été huit jours à Balsac. Voitûre.
   4°. Avoir envie (desir) régit quelquefois la conjonction que et le subjonctif. "J'ai envie que vous veniez, je n'ai pas envie qu'il vièneRemarquez que le subjonctif se met quand le verbe régi ne se raporte pas au sujet de la phrâse, au nominatif du verbe avoir envie; et l'infinitif, quand il s'y raporte. "J'ai envie qu'il y aille; je n'ai pas envie d'y aller moi-même. — Il en faut dire autant de mourir d'envie. "Je meurs d'envie de m'en retourner, qu' il s'en retourne.
   5°. On doit dire, perdre l'envie, et non pas quitter l'envie de, etc. Vaug. = Passer son envie de quelque chôse, satisfaire le desir qu'on en a. "Nous y vîmes un chat qui vouloit arracher les deux yeux de M. de la Fayette, et qui pensa bien en passer son envie, si vous vous en souvenez. Sév. = Faire passer l'envie de quelque chôse à quelqu'un: l'en rassasier, ou l'en dégoûter.
   6°. Envie, jalousie (synon.) On est jaloux de ce qu'on possède, et envieux de ce que possèdent les aûtres. C'est ainsi qu'un Prince est jaloux de son autorité; et qu'un homme, qui n'a pas de fortune, est envieux de la prospérité d'autrui. "L'homme qui dit qu'il n'est pas né heureux, pourroit du moins le devenir par le bonheur de ses amis ou de ses proches: l'envie lui ôte cette dernière ressource. La Bruy. = Quand ces deux mots sont relatifs à ce que possèdent les autres, envieux dit plus que jaloux. Le 1er marque une disposition habituelle et de caractère: l'autre peut désigner un sentiment passager. Le premier désigne aussi un sentiment actuel, plus fort que le second. On peut être quelquefois jaloux, sans être naturellement envieux, (Encycl.) "La jalousie est l'effet du sentiment de nos désavantages, comparés au bien de quelqu'un. Quand il se joint à cette jalousie de la haine, et une volonté de vengeance, dissimulée par foiblesse, c'est envie. (Conaiss. de l'Esprit humain). Beauzée. = À~ l'envie. Voy. ENVI.