envieillir

(Mot repris de envieillissait)

ENVIEILLIR

(an-viè-llir, ll mouillées, et non an-viè-yir)
V. n. Devenir vieux dans.
La rigueur de ses lois, après tant de licence, Redonnera le cœur à la faible innocence Que dedans la misère on faisait envieillir [MALH., II, 1]
V. a. Faire paraître vieux. Cette coiffure l'envieillit.
S'envieillir, v. réfl. Devenir vieux.
Mon âge, avant le temps, par mes maux s'envieillit [RÉGNIER, Élég. I]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Je sui juenes et puis envieilli, et onques ne vi juste ome deguerpi de Dieu [, Psautier, f° 46]
    Sire Dieux, tu ies uns meïsmes [un même] qui n'envellis ne ne changes [, ib. f° 121]
    Li tens qui envieillist nos peres, Et qui tous nous envieillira [, la Rose, 383]
    Fines colors, fresches et vives N'i sunt pas au soir enveillies ; Ains i pueent [peuvent] estre cueillies Itex [telles] le soir comme le main [le matin] [, ib. 20161]
    Robe qui empire par vers ou par enviesir [BEAUMANOIR, XXXVII, 1]
  • XVe s.
    Je trouvay ung peu le roy nostre maistre envieilly [COMM., VI, 6]
  • XVIe s.
    Le dernier de ces roys fut chassé de son Estat, et mourut en exil après y estre envieilli [AMYOT, Numa, 36]
    Depuis un long traict de temps je me suis envieilli, mais assagi [MONT., IV, 91]

ÉTYMOLOGIE

  • En 1, et vieillir.

envieillir

ENVIEILLIR. v. a. Faire paraître vieux. Cet ajustement l'envieillit. Il est peu usité: on dit maintenant, Vieillir.

envieillir

Envieillir, Senescere, Consenescere, Insenescere, Veterare, Veterascere, Vetustescere, Vetustatem capere, Inueterascere.