épargne

(Mot repris de epargne)

épargne

n.f.
1. Mise en réserve d'une somme d'argent ; somme d'argent qui n'est pas utilisée pour consommer : Cette situation économique favorise l'épargne dépense économies
2. Économie dans l'emploi ou l'usage de qqch : Le T.G.V. permet une épargne de temps sur le parcours économie, gain ; perte
Caisse d'épargne,
établissement financier où les particuliers déposent leurs économies pour les faire fructifier.

ÉPARGNE

(é-par-gn') s. f.
Administration des dépenses telle qu'elles soient moindres que les recettes. Il a amassé de grands biens par son épargne.
L'épargne est nécessaire à qui veut s'agrandir [TH. CORN., D. Bertr. de Cigarral, I, 4]
Peut-on rien voir de plus cruel que cette rigoureuse épargne qu'on exerce sur nous, que cette sécheresse étrange où l'on nous fait languir ? [MOL., Avare, I, 2]
Vivre d'épargne et de travail [BOSSUET, Hist. III, 6]
Et pourquoi cette épargne enfin ? l'ignores-tu ? Afin qu'un héritier bien nourri, bien vêtu, Profitant d'un trésor en tes mains inutile, De son train quelque jour embarrasse la ville [BOILEAU, Sat. VIII]
De l'épargne sordide : Cette espèce d'avarice est dans les hommes une passion de vouloir ménager les plus petites choses sans aucune fin honnête [LA BRUY., Théophr. X]
L'épargne de bouche, la diminution de dépense sur la nourriture.
Elle est nourrie et élevée dans une grande épargne de bouche [MOL., Avare, II, 6]
Aller à l'épargne, chercher à épargner. Fig. Il va à l'épargne des mots, il affecte de la concision dans son style.
La somme même que l'on a économisée. Les épargnes des domestiques.
Il n'est point difficile de sentir que toute épargne dans la main d'œuvre, loin de diminuer les moyens de travail pour le peuple, tend au contraire à multiplier ces moyens mêmes, en augmentant pour tous les hommes la masse des objets de consommation, et par conséquent celle de leurs jouissances et de leurs richesses [CONDORCET, Montigni.]
Terme d'économie politique. Portion des produits qui est réservée pour être employée à la production.
C'est l'accumulation des épargnes qui forme les capitaux [J. B. SAY, Épitomé, épargnes.]
Caisse d'épargne et de prévoyance, ou, simplement, caisse d'épargne, établissement de bienfaisance où les plus petites sommes sont reçues et portent intérêt, à partir d'un franc.
Ancien nom du trésor royal.
Quelques officiers qui sont au trésor royal ont été à même temps et officiers de l'épargne et officiers du trésor royal, parce que, lors de leur premier établissement, on disait l'épargne, et aujourd'hui l'on dit le trésor royal [VAUGEL., Nouv. rem. Observ. de M***, p. 215, dans POUGENS]
Il s'est dit, par extension, dans l'ancien langage élevé ou poétique, du trésor de tout souverain.
Mon épargne [c'est Auguste qui parle] depuis en sa faveur ouverte [CORN., Cinna, II, 1]
J'ai fait en son épargne [de Sparte] entrer tous les trésors Des peuples subjugués par mes heureux efforts [ID., Agésil. III, 1]
L'épargne qu'il manie avec profusion [ROTR., Vencesl. I, 6]
Des débris des traitants ton épargne grossie [BOILEAU, Épît. I]
Fig. Il se dit de tout ce qu'on économise comme on fait pour l'argent. L'épargne du temps.
La nature est d'une épargne extraordinaire.... cette épargne néanmoins s'accorde avec une magnificence surprenante [FONTEN., les Mondes, 1er soir.]
Médecin n'employant qu'avec une sage épargne les ressources de l'art, et n'ajoutant qu'à regret aux dangers et aux douleurs de la maladie les dangers et l'incommodité des remèdes [CONDORCET, Bourdelin.]
Poire d'épargne, ou, simplement, épargne, sorte de poire, dite aussi beauprésent, belle cueillette, qui vient de bonne heure et est juteuse.
Terme de gravure. Taille d'épargne, taille en épargne, sorte de taille qui se fait lorsque, enlevant le fond, les traits qui doivent paraître sont ceux qu'on épargne, qu'on laisse en relief.
Terme de doreur. Mélange de blanc d'Espagne, de sucre et de gomme, dont on couvre les parties qui doivent être brunies.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Maint ribaus.... despendent en la taverne Tout lor gaaing et lor espergne, Puis revont porter les fardiaus [, la Rose, 5072]
  • XVe s.
    3. Comme qui en compassion n'avoient donné espargne à nulluy, que justement de nulluy ne devoient recevoir ni pitié ni merci [CHASTELAIN, Chron. du duc Philippe, Proesme]
  • XVIe s.
    Duquel pasté ayant mangé deux ou trois leçhes à l'espargne [parcimonieusement] avec ceux qui dinerent quand lui [DESPER., Contes, XVI]
    Il estoit malcontent de l'estroitte espargne de son pere [AMYOT, Péric. 68]
    Il se trouva tant d'or et tant d'argent ès coffres de l'espargne [trésor public] qu'il suffit à tous autres affaires [ID., Cimon, 24]

ÉTYMOLOGIE

  • Voy. ÉPARGNER.

épargne

ÉPARGNE. n. f. Économie dans la dépense. Il a amassé une petite aisance par son épargne.

Il se dit de la Chose même qu'on a épargnée, économisée. Son épargne monte à tant cette année. L'épargne française.

La petite épargne, L'ensemble des économies faites par les petites gens. Cet emprunt a été couvert par la petite épargne. Ce désastre financier a surtout atteint la petite épargne.

Caisse d'épargne et de prévoyance, ou simplement Caisse d'épargne, Établissement public où les particuliers peuvent déposer des sommes modiques, pour en retirer un intérêt.

Il se dit aussi en parlant du Temps et de toute autre chose qu'on ménage. L'épargne des forces. Il n'y a pas de plus utile épargne que celle du temps. On dit plus souvent aujourd'hui ÉCONOMIE.

Il se dit, en parlant des OEuvres d'art, d'un Espace réservé en blanc. Gravure en épargne.

Synonymes et Contraires

épargne

nom féminin épargne
Fait d'épargner.
Traductions

épargne

חיסכון (ז), חִסָּכוֹןbesparingsaving, savings, thriftrisparmio儲蓄úsporybesparelserbesparingar (epaʀɲ)
nom féminin
argent économisé

épargne

[epaʀɲ] nfsaving
épargne-logement [epaʀŋlɔʒmɑ̃] nfproperty investment