épidémie

(Mot repris de epidemie)

épidémie

n.f. [ du gr. epi, sur, et dêmos, peuple ]
1. Propagation rapide d'une maladie infectieuse, par contagion, à un grand nombre de personnes : Une épidémie de gastro-entérite.
2. (Abusif) Apparition subite et rapide de nombreux cas d'une maladie non infectieuse : Une épidémie de dépressions nerveuses.
3. Fig. Phénomène nuisible, qui semble se propager, se multiplier : Une épidémie d'enlèvements de journalistes flot, série, vague

ÉPIDÉMIE

(é-pi-dé-mie. Ménage dit, pour son temps, que l'on prononçait épidimie) s. f.
Maladie, contagieuse ou non, qui attaque un très grand nombre de personnes. Il régnait une épidémie dans le pays. Les grandes épidémies qui ont ravagé le monde. L'épidémie du choléra. Au plur. Les Épidémies, titre d'un ouvrage d'Hippocrate où il rapporte l'histoire de différentes maladies et l'influence pathologique de quelques années.
Fig. Ce qui s'empare des esprits comme l'épidémie s'empare des corps.
Il est pour ainsi dire des épidémies d'esprit qui gagnent les hommes de proche en proche comme une espèce de contagion [J. J. ROUSS., 2e dial.]
Cent orateurs fameux sous le seul règne d'Auguste ! quelle épidémie ! [DIDEROT, Règne de Claude et Néron, I, § 1]
L'épidémie des croisades eût entraîné les Français loin de leurs frontières [RAYNAL, Hist. phil. IV, 17]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Pestilence que li phisicien apelent ypidime [ALEBRANT, f° 21]
  • XVe s.
    Et de jour en jour aloient mourant, en l'ost, d'impidemie, Geste des nobles [VIRIVILLE, p. 143]
    De mauvais air corrompu, de pourceaulx, Font en maint lieu causer l'epidemie [EUST. DESCH., Poésies mss. f° 350, dans LACURNE]
    Dieu me fiere [frappe] d'espidimie [CH. D'ORL., Ball. 138]
  • XVIe s.
    Les anciens l'ont appellée [la peste] epidemie, quand la corruption venoit de l'air qui promptement fait mourir plusieurs en un instant, et en mesme region [PARÉ, XXIV, 1]

ÉTYMOLOGIE

  • Terme grec signifiant épidémique, populaire et provenant de deux mots se traduisant par sur et peuple. On trouve impedumié, frappé d'une épidémie régnante :
    Et lors le roi lui demanda si elle estoit impedumiée, [DUCLOS, Hist. de Louis XI, pièces justif. in-12, 1746, p. 54]
    On remarquera l'ancienne forme ypidime, qui est conforme à l'accentuation latine, epidémia, et à la prononciation grecque moderne.

épidémie

ÉPIDÉMIE. n. f. T. de Médecine. Maladie qui atteint en même temps et dans le même lieu un grand nombre de personnes. Cette maladie, qui n'avait d'abord atteint que peu de gens, dégénéra en épidémie. Plusieurs épidémies ont désolé cette contrée. Il régnait une épidémie dans le pays. Fig., L'engouement pour cette mode est général, c'est une épidémie, c'est une véritable épidémie.

épidémie


ÉPIDÉMIE, s. f. [1re et 3e é fer. 4e lon. 5ee muet.] Quoiqu'on dise épidimie, dit Ménage, on dit néanmoins épidémique. L'usage a donc changé; car on dit aujourd'hui, constamment et universellement, épidémie. Richelet écrit épidimie; et Trév. a mis l'un et l'aûtre sans remarque. = Terme de Médecine. Maladie populaire et contagieûse. "Il a régné tout l'été des épidémies en plusieurs Provinces. "Cette maladie dégénéra en épidémie. = Depuis peu on l'emploie au figuré. "Il semble que l'épidémie philosophique comence à gagner les Provinces, et que les Candidats, qui y briguent les palmes académiques, suivent l'exemple de ceux qui aspirent à celles de la Capitale. Ann. Lit.

Traductions

épidémie

Epidemie, Seucheepidemieepidemic, outbreakמגיפה (נ), מַגֵּפָהepidèmiaepidemiepidemioepidemiaepidemia, andaçofarsot, epidemiεπιδημία, επίδημίαэпидемияepidemiaوَباءepidemieepidemiaepidemija流行病유행병epidemiepidemiaการแพร่ระบาดอย่างรวดเร็วsalgınbệnh dịch流行епидемия (epidemi)
nom féminin
propagation d'une maladie une épidémie de grippe

épidémie

[epidemi] nfepidemic