ergo

ERGO

(èr-go) conj.
Conséquemment, donc.
Ma fille est nonne, ergo c'est une sainte [LA FONT., Mazet.]
Vous vous sentez en fonds, ergo plus de maîtresse [REGNARD, Joueur, III, 6]
Damis est riche, ergo Damis est redoutable [BOISSY, Impatient, III, 4]
S. m.
[Il] Lui barbouillait l'esprit d'un ergo sophistique [RÉGNIER, Sat. x]
Moi, j'ai cinquante ans ! moi ! Finette.... - Ma sœur, dans mon calcul je crois vous faire grâce ; Et je raisonne ainsi : j'en ai cinquante et passe ; Vous êtes mon aînée ; ergo, dans un seul mot, Vous voyez si j'ai tort. - Votre ergo n'est qu'un sot [REGNARD, Ménechm. l, 5]
Au plur. Des ergo.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Ilz nourrissoient leurs grans troupeaux de songes, D'ergos, d'utrum, de quare, de mensonges [MAROT, I, 276]
    Ce sont les theses des deux partis, pour lesquelles on est venu des ergots aux fagots, et puis des arguments aux armements [D'AUB., Hist. I, 50]
    Un maistre aux arts est si plein d'ergots qu'on ne sauroit durer auprès de lui [DESPER., Contes, IV]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. ergo, donc, le grec signifie, par le fait, véritablement, du grec signifiant, œuvre (comp. ORGANE).

ergo

ERGO. conj. Mot emprunté du latin. Donc.