étal

(Mot repris de etals)

étal

n.m. [ frq stal ] [étals ou étaux].
1. Table sur laquelle sont exposées les denrées, sur un marché : Des étals réfrigérés.
2. Table sur laquelle les bouchers découpent la viande.

étal

(etal)
nom masculin pluriel étals
table sur laquelle sont posées les marchandises à vendre les étals du marché

ÉTAL

(é-tal) s. m.
Anciennement, table sur laquelle un marchand met en vente sa marchandise.
....De faire construire et édifier.... halle, bancs, étaux et autres choses nécessaires pour loger les marchands et leurs marchandises, [, Lett. pat. juill. 1610]
Aujourd'hui, en un sens particulier, sorte de table sur laquelle les bouchers débitent les viandes. Boutique de boucher. Ce boucher a plusieurs étaux.
Terme de pêche. Table sur laquelle travaillent les décolleurs et les trancheurs de morue.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Nous remaindron en l'estal [debout] en la place. - Pour vostre amour ici prendrai estal [position] [, Ch. de Rol. CLVII]
  • XIIe s.
    Les deux piez [il] joint, si saut en son estal [sur son siége, sa selle] [, Ronc. p. 144]
    Dunc s'en revont al rei cil dui riche vassal ; E li sainz arcevesques parti de son estal. [, Th. le mart. 45]
    Li prelat deivent estre li plus espirital ; Ne deivent chanceler pur rien de lur estal [, ib. 71]
    Là où parlout [parlait] al rei saint Thomas à cheval ; De quisse en quisse sist, sovent changot estal [changeait de position], L'une quisse en la selle e l'altre contreval [, ib. 114]
  • XIIIe s.
    Car aussi com quant est li pors [sanglier] Eschauffés des chiens par effors, Et il à tous estal leur livre, Tant que les pluiseurs à mort livre [, Bl. et Jeh. 4360]
    Li talemelier [boulangers] puent au dimanche porter leur pain en leur corbeillons, et porter leur estal ou buffez ou tables, por tant que li estaus ne soit plus loncs que de cinq piés [, Liv. des mét. 16]
    Quant aucuns hons qui vent denrées à estal ou à taverne [BEAUMANOIR, XL, 21]
    Et cil à cui fu commandé, As estaus del bourc sont alé ; Chars [chairs] i acatent [achètent] des plus cieres [chères] [, Fl. et Bl. 1243]
  • XIVe s.
    Et ainsi est apporté le corps du beuf à l'estal [, Ménagier, II, 5]
  • XVe s.
    Ils se retrairent, et là rendirent estal [tinrent bon] tous les chevaliers, combattant jusques à tant que leurs gens furent entrés à sauveté [FROISS., I, I, 177]
    Il fut appointé qu'il iroit Devant l'estal d'ung rotisseur, Et de la chair marchanderoit [VILLON, Repues franches.]
  • XVIe s.
    La veille de Pasques il y a un marché de lard à Paris, qui se tient au parvis Nostre-Dame, où tous les maistres chaircutiers de Paris y ont des estaux [O. DE SERRES, 839]

ÉTYMOLOGIE

  • Bourguig. etau ; wall. sta ; provenç. estal, estau, place, séjour ; anc. espagn. estalo ; portug. estão ; ital. stallo ; de l'anc. haut allem. stal, lieu clos et couvert ; angl. stall, établi ; holl. stael. Comparez l'allem. stellen, placer, et le verbe grec traduit par disposer.

étal

ÉTAL. n. m. Sorte de table sur laquelle les bouchers débitent la viande. Viande à l'étal.

Il se dit aussi de la Boutique même où l'on vend de la viande.

étal


ÉTAL, s. m. ÉTALIER, s. m. [Étal, au plur. Etaux, pron. étô: 1re é fer. 2e lon. Eta-lié: 1re et dern. é fer.] Étal est une sorte de table, sur laquelle on vend de la chair de boucherie. Etalier, boucher, qui vend de la viande sur l'étal.

Traductions

étal

בסטה (נ), דוכן מכירות (ז), בַּסְטָה, דּוּכַן מְכִירוֹת

étal

stall

étal

banco

étal

Stall

étal

щанд

étal

étal

stall

étal

stall

étal

[etal] nmstall