excès

(Mot repris de exces)

excès

[ ɛksɛ] n.m. [ lat. excessus, de excedere, dépasser ]
1. Quantité qui se trouve en plus : Ils écoulent l'excès de marchandises excédent
2. Ce qui dépasse la mesure normale : Tout excès de vitesse sera puni dépassement exagération modérément
3. Acte qui va au-delà des limites permises : Les excès de l'industrialisation abus démesure, outrance
Excès de langage,
propos discourtois, injurieux.
Excès de pouvoir,
en droit, acte qui ne fait pas partie des attributions de celui qui l'accomplit.
n.m. pl.
1. Actes de violence, de démesure : Les supporteurs se sont livrés à des excès débordements
2. Abus de nourriture, de boisson : Faire des excès.

EXCÈS

(è-ksê ; l's se lie : des è-ksê-z indignes) s. m.
Différence en plus de deux quantités inégales. L'excès d'une ligne sur une autre.
L'excès ou le défaut d'une idée sur une autre, ou, pour me servir des termes ordinaires, l'excès ou le défaut d'une grandeur [MALEBR., Rech. VI, I, 5]
Il se dit, en arithmétique, pour exprimer le résultat d'une soustraction.
Fig. Ce qui dépasse une limite ordinaire, une mesure moyenne. L'excès du froid. L'excès du chaud.
J'espère que vous m'avouerez que la pension que le roi me fait, n'est pas un excès qui doive être sujet à réformation [BALZ., liv. VI, lett. 6]
Pour voir à quel excès irait ton insolence [CORN., Héracl. I, 2]
Un excès de plaisir nous rend tout languissants [ID., Cid, IV, 5]
Et de sa digne ardeur [de l'âme dévote] le salutaire excès, Egal aux fortunes diverses, M'adore autant dans les traverses, Que dans les plus heureux succès [ID., Imit. III, 6]
Néron tant détesté N'a point à cet excès poussé sa cruauté [RAC., Bérén. IV, 6]
Ma douleur, à cette triste vue, à son dernier excès est enfin parvenue [ID., ib. v, 6]
.... Qui sait même, qui sait si le ciel irrité A pu souffrir l'excès de ma félicité ? [ID., Iphig. III, 6]
Et qu'Aman soit admis à cet excès d'honneur [ID., Esth. II, 7]
Madame, je sais trop à quel excès de rage La vengeance d'Hélène emporta mon courage [ID., Andr. IV, 5]
Protésilas ne disait rien ; mais il tâchait de me faire entrevoir le danger et l'excès de toutes ces réformes que vous me faisiez entreprendre [FÉN., Tél. XII]
Peut-être que la bonté de Dieu vous a réservé pour être un monument public de l'excès de ses miséricordes envers les plus grands pécheurs [MASS., Car. Lazare.]
Un excès de prudence est souvent un danger [DELILLE, Pitié, IV]
Absolument.
Et toujours d'un excès vous vous jetez dans l'autre [MOL., Tart. v, 1]
Toujours il va d'un excès dans un autre [LAFONT., Mandr.]
Je veux avec excès vous aimer et vous plaire [VOLT., Zaïre, I, 2]
Tout excès mène au crime [ID., Alz. IV, 1]
Il se dit quelquefois au pluriel.
Mais tels sont les excès du malheur qui m'opprime [CORN., Clit. II, 6]
Familièrement. Il n'y a pas d'excès, se dit quand on veut rabattre quelque chose d'une louange. Il se montre fort aimable. - Vraiment, il n'y a pas d'excès. Excès de pouvoir, fait de rendre une décision ou d'agir en dehors des attributions légales.
Au plur. Débauche, dérèglement. Faire des excès. Ses excès ont ruiné sa santé. Des excès de table.
Vous avez beau vouloir sanctifier vos passions ; elles vous punissent toujours des excès qu'elles vous font commettre [J. J. ROUSS., Lév. d'Éphr. 3]
Au sing. Familièrement. Nous avons fait hier un petit excès, se dit d'une partie de table.
Au plur. Violences, outrages.
Il prévit à quels excès ils se porteraient [BOSSUET, Hist. III, 5]
En termes de jurisprudence, séparation de corps pour cause d'excès, de sévices et d'injures graves.
À l'excès, jusqu'à l'excès, loc. adv. Outre mesure, à l'extrême.
Vous montrez un chagrin qui va jusqu'à l'excès [CORN., Cid, I, 2]
Le respect pour l'autorité allait jusqu'à l'excès [BOSSUET, Hist. III, 5]
Ses débordements allèrent à l'excès [ID., ib. II, 1]
Ils [les Scythes] aiment le vin au point que, pour dire boire à l'excès, on dit boire comme un Scythe [BARTHÉL., Anach. ch. 20]
Dans l'excès, au delà de la limite ordinaire.
Et lorsque la valeur ne va point dans l'excès, Elle ne produit point de si rares succès [CORN., Cid, IV, 3]
Madame de Nesles est affligée dans l'excès [SÉV., 487]

PROVERBE

    L'excès en tout est un défaut.

REMARQUE

  • Peut-on dire trop d'excès ? Voy. la remarque à EXCESSIF.

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Se dix estoit le plus grand excès en aucune matiere et deux estoit la plus grant deffaute [ORESME, Eth. 44]
    Puisque il a ja fait les excès et se est mal gouverné [ID., ib. 74]
    On dit que excès n'est corrigé que parexcès, c'est à dire que oultrage ne se corrige fors que par oultrage [, Ménagier, I, 9]
    Pour eschever [éviter] le gast et excès des mesnies [, ib. II, 4]
  • XVe s.
    Vous excitez tous excès en nature Que ne pourroit souffrir chevaulx ne ours [E. DESCHAMPS, Vie dissipée.]
    Le grant Alexandre jadis Et plusieurs roys en firent gloire [de boire] ; L'excès [je] n'en appreuve pourtant [BASSEL., I]
    Commocions de peuple et autres deliz et excès contre nostre dit seigneur [, Bibl. Des ch. 5e série, t. I, p. 81]
  • XVIe s.
    Ceulx qui disent qu'il n'y a jamais d'excès en la vertu, d'autant que ce n'est plus vertu si l'excèz y est.... [MONT., I, 223]
    Commettre des excès [AMYOT, Cam. 51]
    Il commença à parler et à nommer celui qui lui avait fait cet excès [violence] [PARÉ, VIII, 31]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. exces ; espagn. exceso : ital. eccesso ; du lat. excessus, de excessum, supin de excedere (voy. EXCÉDER).

excès

EXCÈS. n. m. Ce qui est en trop. Cette combinaison chimique laisse un excès d'eau, un excès d'oxygène.

En termes de Mathématiques, il se dit pour Excédent, reste, différence en plus d'une quantité sur une autre. Le résultat de la soustraction se nomme différence ou excès.

Il se dit aussi de Ce qui dépasse les bornes, la mesure accoutumée, le degré ordinaire et, par extension, le degré convenable, raisonnable et juste. L'excès est blâmable, regrettable en toutes choses. Excès de froid, de chaleur. Il y a dans ce sol un excès d'humidité.

Il se dit en particulier des Abus, surtout de nourriture. Excès de boire, de manger. Excès de bouche. Excès de table. Excès de travail.

Il se dit aussi en parlant des Choses morales. Excès de joie, de bonté, d'indulgence. Excès de zèle. L'un pèche par défaut, l'autre par excès. Louer, blâmer avec excès. Tomber d'un excès dans un autre. Fuir l'un et l'autre excès. Excès de précautions.

Excès de pouvoir, Action d'excéder le pouvoir que l'on a reçu, l'autorité dont on est investi.

Il signifie souvent absolument Débauche, dérèglement. Il a fait des excès, beaucoup d'excès. Il s'est ruiné l'estomac par ses excès. Des excès préjudiciables à la santé. Faire un petit excès.

Il signifie aussi, surtout en termes de Palais, Outrage, violence. Se porter à des excès. Les excès commis sur sa personne. Demande en séparation de corps pour cause d'excès, de sévices et d'injures graves.

À L'EXCÈS, JUSQU'À L'EXCÈS, loc. adv. Outre mesure, à l'extrême. Être ménager, être économe à l'excès. Être libéral jusqu'à l'excès. Prudent jusqu'à l'excès. Pousser la vengeance à l'excès, jusqu'à l'excès. Porter l'insolence jusqu'à l'excès.

excês


EXCêS, s. m. EXCESSIF, IVE, adj. EXCESSIVEMENT, adv. [Ekcê, cècif, cive, ci-veman: 1re è moyen, 2e ê ouv. au prem. è moyen et moins ouv. aux aûtres.] Excês est ce qui excède les bornes de la raison, de la bienséance. "Excês de bone chère, de travail, d'austérité, etc. Louer, blamer, avec excês. "Être libéral, ou ménager à l'excês, jusqu'à l'excês.
   Rem. 1°. À~ l'excês s' emploie absolument et sans addition. On ne dit pas au plus grand excês, au plus violent excês. "Les coeurs furent altérés au plus violent excès. Hist. d'Angl. Voy. PERSONEL à la fin. = 2°. On dit aussi, adverbialement, avec excês. Boileau dit, par excès, et Mme de Coulanges, dans l'excês. "Les Romans y sont~ loués par excès Boil. "Laides par excès. Id. "J'en prends (du café) dans l'exces. Coul.
   EXCESSIF; qui excède la règle, la mesûre, etc. "Froid excessif; chaleur excessive. — Travail excessif, dépense excessive. — Avarice, prodigalité excessive. = Il se dit des persones. Il y a des hommes, qui sont excessifs en tout, dans le bien, comme dans le mal.
   EXCESSIVEMENT; avec excês. "excessivement gros. "Boire, louer, batre excessivement, etc.

Synonymes et Contraires

excès


excès

nom masculin pluriel excès
1.  Actes de violence.
sévices, violences -littéraire: exaction.
Traductions

excès

Ausschreitung, Exzeß, Ausschweifung, Maßlosigkeit, Überfülle, Übermaß, Übertreibungen, Unmäßigkeit, Zügellosigkeitexcess, surfeit, cornucopia, difference, superabundance, surplusbuitensporigheid, overdaad, uitspatting, exces, uitwas, teveel, machtsmisbruik, overmaat, overdrijving, overvloed, weelderigheidגדישת הסאה (נ), הפרזה (נ), מידה גדושה (נ), הַפְרָזָהακολασίαeksceso, superabundoexceso, exorbitanciademasia, excesso, exorbitânciaeccesso, intemperanza, soverchionadměrnéoverskydende초과 (ɛksɛ)
nom masculin
1. ce qui dépasse une valeur un excès de vitesse
2. mauvais usage ou usage trop important de qqch faire des excès

excès

[ɛksɛ]
nm [poids, stocks] → surplus, excess
excès de générosité → excessive generosity
à l'excès [méticuleux, généreux] → to excess, to a fault
avec excès → to excess
sans excès → in moderation
tomber dans l'excès inverse → to go to the opposite extreme
nmplexcesses
faire des excès → to overindulge
On fait souvent des excès à la période de Noël → People often overindulge at Christmas.
excès de langage nmimmoderate language
excès de pouvoir nmabuse of power
excès de vitesse nmspeeding no pl, exceeding the speed limit
excès de zèle nmoverzealousness no pl