exécrable

(Mot repris de execrable)

exécrable

[ egzekrabl] adj.
1. Qui est extrêmement mauvais : C'est un acteur exécrable nul ; excellent désagréable, détestable
2. Litt. Qui suscite l'horreur : Des attentats exécrables abominable, monstrueux, odieux
Maxipoche 2014 © Larousse 2013

EXÉCRABLE

(è-gzé-kra-bl') adj.
Qu'on doit exécrer, avoir en horreur.
Exécrable assassin d'un héros que j'adore [CORN., Cid, v, 6]
Un exécrable Juif, l'opprobre des humains [RAC., Esth. III, 1]
En horreur à ses fils, exécrable à sa mère [VOLT., Œd. I, 3]
Il se dit aussi des choses.
L'exécrable honneur de lui donner un maître [CORN., Cinna, I, 3]
D'un infâme trépas l'instrument exécrable [RAC., Esth. III, 4]
Va, j'ai bien mérité Cet exécrable prix de ma crédulité [VOLT., Fanat. IV, 6]
Depuis qu'un exécrable duel nous a ravi notre autre fils [BEAUMARCHAIS, Mère coupable, IV, 13]
Serment exécrable, serment accompagné d'imprécations.
Un serment exécrable à sa haine me lie [CORN., Cinna, III, 2]
Il [Pierre] se mit alors à faire des serments exécrables, et à dire en jurant : Je ne connais point cet homme dont vous me parlez [SACI, Bible, Évang. St Marc, XIV, 71]
Par exagération, très mauvais, pitoyable. Cela est d'un style et d'un goût exécrables.

SYNONYME

  • 1. EXÉCRABLE, DÉTESTABLE., Ce qui est exécrable est digne de malédiction ; ce qui est détestable est digne d'être repoussé, mais sans l'idée de malédiction. Il y a donc quelque chose de plus fort dans exécrable que dans détestable. Un crime exécrable est plus, dans l'expression, qu'un crime détestable, et un vice exécrable plus qu'un vice détestable.
  • 2. EXÉCRABLE, ABOMINABLE., La force de l'expression est la même ; la nuance est différente. On maudit ce qui est exécrable ; on se détourne avec abomination de ce qui est abominable.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Le roi, qui s'en alloit execrable à son peuple, se rend inimitable aux devotions [D'AUB., Hist. II, 330]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. exsecrabilis (voy. EXÉCRER).

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • EXÉCRABLE. - HIST. XVIe s. Ajoutez :
    Les anges, comme ainsi soit qu'ilz soient plus grans en force et en puissance, ne pevent porter l'execrable condemnation qui est contre eulx [, II Pierre, II, 11, Nouv. Test. éd. Lefebvre d'Étaples, Paris, 1525]
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877

exécrable

EXÉCRABLE. adj. des deux genres. Qu'on doit exécrer, dont on doit avoir horreur. Forfait exécrable. C'est un homme exécrable. Il a des moeurs et des opinions exécrables.

Il signifie familièrement Qui est extrêmement mauvais. Que dites-vous de ce livre, de ce poème? Il est exécrable. Cette eau a un goût exécrable.

Dictionnaire de L'Académie française 8th Edition © 1932-5

execrable

Execrable et detestable, Sacer, Execrabilis, Deuotus.

Jean Nicot's Thresor de la langue française © 1606

exécrable


EXÉCRABLE, adj. EXÉCRABLEMENT, adv. [ègzékrable, bleman: 1re è moy. 2e e fer. 3e dout. au 1er; 4e e muet.] Exécrable, 1°. détestable, dont on doit avoir horreur. Il se dit des persones et des chôses: "Homme exécrable: crime exécrable. = 2°. Par exagération; extrêmement mauvais. "Livre, poème exécrable. Il ne se dit que des chôses. = Exécrablement, d'une manière exécrable, dans le 2d sens seulement.

Jean-François Féraud's Dictionaire critique de la langue française © 1787-1788
Synonymes et Contraires

exécrable

adjectif exécrable
1.  Littéraire. Que l'on doit exécrer.
Le Grand Dictionnaire des Synonymes et Contraires © Larousse 2004
Traductions

exécrable

execrable, accursedמזורגג (ת)afschuwelijk, walgelijk, vervloektbelämmertavskyvärda (ɛksekʀabl)
adjectif
très mauvais un temps exécrable
Kernerman English Multilingual Dictionary © 2006-2013 K Dictionaries Ltd.

exécrable

[ɛgzekʀabl] adjatrocious
Collins English/French Electronic Resource. © HarperCollins Publishers 2005