extase

(Mot repris de extases)

extase

n.f. [ gr. ekstasis, égarement d'esprit ]
1. État d'une personne qui se trouve comme transportée hors de la réalité par l'intensité d'un sentiment mystique : Un sentiment d'extase béatitude, transe
2. Vive admiration, plaisir extrême causé par une personne ou par une chose : Elles sont en extase devant cet acteur. Elle reste en extase devant ce tableau admiration, émerveillement

EXTASE

(èk-sta-z') s. f.
Terme de la vie mystique. Élévation extraordinaire de l'esprit, dans la contemplation des choses divines, qui détache une personne des objets sensibles jusqu'à rompre la communication de ses sens avec tout ce qui l'environne.
Ce songe de Salomon était une extase où l'esprit de ce grand roi, séparé des sens et uni à Dieu, jouissait de la véritable intelligence [BOSSUET, Politique, V, I, 1]
Par les ravissements, les transports et les extases où son corps demeurait suspendu et immobile [FLÉCH., Panég. II, p. 236]
M. le cardinal de Noailles chassa de son diocèse Mlle Rose, célèbre béate à extase [SAINT-SIMON, 87, 129]
Par extension, vive admiration, volupté intime qui absorbe tout autre sentiment.
La joie de Psyché fut grande, si l'on doit appeler joie ce qui est proprement extase ; encore ce mot est-il faible, et n'exprime pas la moindre partie du plaisir que reçut la belle [LA FONT., Psyché, I, p. 85]
Vous avez voyagé à la suite d'Alexandre et vous n'êtes point en extase d'admiration [VOLT., Dial. XXVIII, 1]
Forcé de m'occuper malgré moi de ma triste situation, je ne pus plus retrouver que bien rarement ces chères extases qui durant cinquante ans m'avaient tenu lieu de fortune et de gloire, et, sans autre dépense que celle du temps, m'avaient rendu dans l'oisiveté le plus heureux des mortels [J. J. ROUSS., Prom. 7]
Je reçus Amélie dans une sorte d'extase de cœur [CHATEAUBR., René.]
Nous y vîmes [dans les bibliothèques de Toscane] de quoi ravir en extase tous les hellénistes du monde, pour me servir de vos termes [P. L. COUR., Lett. à M. Renouard, libraire]
Ces purs ravissements, cette divine extase D'une âme sans remords que la ferveur embrase [C. DELAV., Paria, I, 2]
Ton sein, oppressé par l'extase, Se soulevait sous ses transports [LAMART., Harold, Dédic.]
Terme de médecine. Affection du cerveau dans laquelle l'exaltation de certaines idées, absorbant l'attention, suspend les sensations, arrête les mouvements volontaires, et même ralentit quelquefois l'action vitale. L'extase diffère de la catalepsie, en ce que, dans la catalepsie, les fonctions intellectuelles sont complétement suspendues, tandis que dans l'extase elles sont seulement détournées.
Distraction, prétexte (sens aujourd'hui inusité).
Les princes n'en peuvent jamais sauver leur réputation par les mêmes extases qui en préservent les subalternes [RETZ, Mém. t. III, liv. IV, p. 224, dans LACURNE]

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Cavernes ou fosses dont vent issoit tel que il perturboit les sens des approchans et les mettoit aussi comme en extasie [ORESME, Thèse de MEUNIER.]
  • XVIe s.
    De quoy ces princes rioient si fort, qu'ils en tomboient en spasme et estaze [CARL., v, 26]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. extazis, exthasis ; espagn. extasis ; ital. estasi ; terme grec signifiant transport et provenant de deux mots se traduisant par hors et base, fondement, de même radical que le latin stare, être debout (voy. STABLE).

extase

EXTASE. n. f. Ravissement d'esprit qui, par une contemplation intense, transporte un être hors de la vie des sens. Longue extase. Être en extase. Avoir des extases. Être ravi en extase. Tomber en extase. Dans l'extase, l'âme a le sentiment qu'elle communique avec l'Être infini et parfait.

En termes de Médecine, il signifie Vive exaltation qui suspend la sensibilité et la volonté.

Il se dit figurément d'une Vive admiration, d'un plaisir extrême qui absorbe tout autre sentiment. Quand il vit de si belles choses, il fut en extase. Il la contemplait avec extase. Cette musique le plongea dans une extase délicieuse.

extase

Extase, ou Extasie, Extasis.

extâse


EXTâSE, s. f. EXTASIER, v. act. EXTATIQUE, adj. [Èkstâse, tazi-é, tatike; 1re è moy. 2e lon. au 1er. dern. e muet au 1er et au dern., é fermé au 2d.] Extâse, ravissement d'esprit. "Être en extâse: avoir des extâses. — Figurément, et par exagération, Admiration. "Ravir en extâse, être ravi en extâse. "À~ tous ces discours, il demeurait en extâse. Volt. Il était étoné, et ne disait mot. = Extasier ne se dit que dans la 2de acception. "Ce Prédicateur nous a tous extasiés. "Tout le monde a été extasié. "Il y a bien des gens qui s'extasient aisément. — L'Acad. Trév.le Rich. Port. ne l'admettent qu' au réciproque et au passif. Je crois pourtant qu'on peut le dire à l'actif, comme dans le premier exemple. = Extatique s' emploie dans les deux sens. "Ravissement extatique, transport extatique. "L'extatique grimace d'un faux béat. Rousseau.

Synonymes et Contraires

extase

nom féminin extase
1.  Littéraire. État de ravissement intense.
2.  Sentiment de plaisir extrême.
Traductions

extase

ecstasyאופוריה (נ)extase, trance, verrukkingextázeέκστασηekstazoestasiنَشْوَةekstaseEkstaseéxtasisekstaasiekstazaエクスタシー무아경begeistringzachwytêxtaseэкстазextasความปิติยินดีอย่างล้นพ้นcoşkutrạng thái mê ly狂喜Екстази (ɛkstɑz)
nom féminin
1. grand sentiment de joie un moment d'extase
2. grande admiration tomber en extase devant un paysage

extase

[ɛkstɑz] nfecstasy
être en extase → to be in raptures [ɛkstɑzje] vpr/vi
s'extasier sur → to go into raptures over