factice

factice

adj. [ lat. facticius ]
1. Qui est faux, imité : Un diamant factice artificiel ; naturel
2. Fig. Forcé, simulé : Son sourire est factice affecté, contraint ; sincère, spontané
n.m.
Objet ou reproduction d'un produit destinés aux vitrines des magasins ou utilisés dans un but publicitaire : Ces fruits sont des factices ils ne se mangent pas ; faux ; vrai

factice

(faktis)
adjectif
1. qui est artificiel, imité des fleurs factices
2. figuré qui n'est pas naturel un sourire factice

FACTICE

(fa-kti-s') adj.
Qui est fait ou imité par l'art.
Plusieurs compositions de pierres factices qui imitent la dureté et le brillant des pierres précieuses autant que le permet la différence des moyens employés à les produire [CONDORCET, Margraaf.]
Fig. Qui n'est pas naturel. Un goût factice. Une sensibilité factice.
On remet cet être factice [un enfant] entre les mains d'un précepteur [J. J. ROUSS., Ém. I]
On parle beaucoup de ma gaieté ; je crois, moi, qu'elle est factice, malgré le naturel dont on me loue [GENLIS, Ad. et Théod. t. I, lett. 6, p. 24, dans POUGENS]
Besoin factice, besoin qui résulte non de la nature, mais du caprice ou de l'habitude.
À leurs besoins ils bornent leurs désirs, Mais sans chercher, au gré de vains caprices, à se créer mille besoins factices [MALFIL., Narcisse, ch. I]
Terme de grammaire. Mot factice, mot qui n'est pas reçu, mais qui est formé selon l'analogie, et aussi mot formé par imitation d'un son, par exemple glouglou.
Terme de logique. Idée factice, idée qui dérive d'un travail de l'intelligence, par opposition à idée innée, qui s'y forme spontanément, et à idée adventice, qui y vient du dehors, par exemple celle d'un centaure, d'un hippogriffe, etc.
Terme de bibliographie. Recueil factice, recueil fait de morceaux qui ne sont associés que par la reliure.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Faitisse [bien faite] estoit et avenant, Je ne sais fame plus plaisant [, la Rose, 1249]
  • XVe s.
    ....hanches charnues, Elevées, propres, faictisses, à tenir amoureuses lysses [VILLON, les Regrets de la belle heaulmiere.]
    Pain blanc, fectis et bis [, Ordonn. avril 1485]
  • XVIe s.
    [Un maistre des monnoies jugea] une image d'or, après plusieurs examens, estre bon or, mais factis et non naturel [, Contes d'Eutrapel, p. 134, dans LACURNE]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. factitius, de facere, faire (le radical fact, et le suffixe titius, voy. ICE, suffixe). L'ancien français faitis, le provençal faitis en dérivent, il est vrai, mais ont le sens de beau, bien fait.

factice

FACTICE. adj. des deux genres. Qui est fait artificiellement ou imité de la nature. Ce rubis n'est point naturel, il est factice. Besoin factice, Qu'on s'est créé à soi-même, qui est l'effet d'une habitude, d'un caprice.

Recueil factice, en termes de Librairie, Recueil fait de pièces diverses reliées ensemble.

Il se dit surtout figurément pour désigner des Sentiments feints, forcés, contraires à ceux qu'on éprouve réellement. Gaieté factice.

factice


FACTICE, adj. Contrefait par art, imité "Pierre factice, fleurs factices. — En parlant des mots, forgé. "C'est un mot factice. = Ce terme est aujourd'hui fort à la mode dans le style figuré. "Caractère factice. Marm. "Graces factices. Coyer. "Tout devient factice et joué, honeur, amitié, vertu, etc. J. J. Rousseau. = Il suit ordinairement le substantif. En vers il peut le précéder. M. Cuoeilhe, dans un Poème sur la Liberté des Mers, qui a remporté le Prix, au jugement de l'Acad. de Marseille, dit:
   Je n'examine point si la sage nature
   Bornoit l'homme aux seuls biens, que son sol lui procure,
   Et s'il fut permis d'aller chercher au loin
   De factices trèsors, dont il n'a pas besoin.

Traductions

factice

fingido

factice

[faktis] adj [arme] → fake