feinte


Recherches associées à feinte: feindre, feinter

feinte

n.f.
1. Manœuvre, geste, coup destinés à tromper l'adversaire : Il admire les feintes de ce footballeur esquive
2. Fam. Acte destiné à tromper : Son refus n'était qu'une feinte comédie, piège, ruse

FEINTE1

(fin-t') s. f.
Action de feindre, de cacher sous une fausse apparence.
Agissez avec feinte, Sire, et ne lui montrez que respect et que crainte [CORN., Pomp. IV, 1]
Mais de ton faux amour les feintes concertées, Les noires trahisons, les ai-je méritées ? [TH. CORN., Ariane, III, 4]
Quelle est donc sa pensée ? et que cache un discours Commencé tant de fois, interrompu toujours ? Veulent-ils m'éblouir par une feinte vaine ? [RAC., Phèdre, V, 4]
Vous m'avez commandé de vous parler sans feinte [ID., Athal. II, 5]
Il a toujours pris cela pour une feinte d'une personne qui voudrait se divertir [FONTEN., les Mondes, 6e soir.]
Ce que Joseph disait par pure feinte à ses frères [MASS., Carême, Parole.]
À présent dites-moi, reprit l'adroit jésuite, si c'est feinte ou mensonge ce que vous m'avez dit, qu'un curé de campagne a été votre maître [MARMONTEL, Mém. I]
Avoir une feinte, feindre quelque chose.
Quoique je le sache [le chevalier de Lorenzy] très lié avec des gens qui ne m'aiment pas, mais qui feignent de m'aimer avec les gens qui m'aiment, et qui ne manqueront pas d'avoir cette feinte avec lui [J. J. ROUSS., Œuvres, édit. DUPONT, 1824, t. XIX, p. 381]
Terme de rhétorique. Figure qui consiste à feindre de passer sous silence une chose qu'on ne laisse pas d'exprimer. On dit plus souvent prétérition, prétermission, paralepse.
Par extension, art du poëte, invention.
La feinte est un pays plein de terres désertes, Tous les jours nos auteurs y font des découvertes [LA FONT., Fabl. III, 1]
Le conte fait passer le précepte avec lui ; En ces sortes de feinte il faut instruire et plaire [ID., ib. VI, 1]
Terme d'escrime. Jeu couvert et trompeur, par lequel on frappe l'ennemi dans un endroit différent de celui où on le menace.
Zadig fait une feinte, passe sur Otane, le fait tomber [VOLT., Zadig, 19]
Se dit aussi au jeu.
Terme d'imprimerie. Défaut de touche dans une feuille, quand une partie de la forme n'a pas reçu assez d'encre.
Terme de musique. Altération d'une note ou d'un intervalle par un dièse ou un bémol. Il se disait très souvent autrefois pour désigner le dièse et le bémol accidentel.
Terme de vétérinaire. Légère claudication dans la marche d'un cheval.

SYNONYME

  • FEINTE, MENSONGE. La feinte est une fausse apparence sous laquelle on cache quelque chose. Le mensonge, c'est dire ce qui n'est pas vrai. Est-ce feinte ou mensonge, ce que vous me dites là ? voulez-vous m'en imposer par une fausse apparence, ou, simplement, ce que vous me dites là, est-il faux ?

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Croyez de vray, que ma presente plainte N'est composée en courroux, ny en fainte ; Faindre n'est point le naturel de moy [MAROT, I, 359]
    Elle va feindre d'estre malade et continuer si bien cette feinte, que.... [MARG., Nouv. LXI]
    Et aurons de quoy respondre aux aultres ou en feinte ou en verité [ID., Lett. CXX.]

ÉTYMOLOGIE

  • Feint ; bourguig. fointe ; provenç. fenha, fencha ; anc. espagn. et ital. finta.

FEINTE2

(fin-t') s. f.
Un des noms vulgaires de la clupea finta, qui ressemble à l'alose.

ÉTYMOLOGIE

  • Ainsi dit parce que c'est une alose feinte, un poisson ressemblant à l'alose.

feinte

FEINTE. n. f. Action de feindre. Toute sa dévotion n'est que feinte. Parlez sans feinte.

En termes d'Escrime, il se dit lorsqu'on fait semblant de vouloir diriger le coup vers un endroit du corps. Faire une feinte.

Synonymes et Contraires

feinte

nom féminin feinte
1.  Littéraire. Action de cacher la vérité.
2.  Familier. Ruse destinée à tromper.
piège, tromperie -littéraire: sournoiserie.
Traductions

feinte

blind, feint, ruseהתקפה מדומה (נ), שטיק (ז)list, schijnbeweging, smoes, valstrikSchwalbefinta, finzione, spiazzamento (fɛ̃t)
nom féminin
1. ce que l'on fait pour tromper l'adversaire la feinte d'un sportif
2. piège C'est une feinte, tu vas te faire avoir.