fiévreux, euse


Recherches associées à fiévreux, euse: fébrile

FIÉVREUX, EUSE

(fié-vreû, vreû-z') adj.
Qui cause la fièvre. Un pays fiévreux. Fig.
[l'amour] C'est un fiévreux tourment, qui, travaillant notre âme, Lui donne des accès et de glace et de flamme [THÉOPHILE, Sat. I]
Qui est sujet à la fièvre. Un tempérament fiévreux. Substantivement. Personne malade de la fièvre. Il y a beaucoup de fiévreux dans ce pays.
Fiévreux, buvez votre tisane, Laissez-nous fêter notre ami [BÉRANG., Doct. et mal.]
Fig. Qui cause une agitation morale comparée à la fièvre du corps.
Ce sont des mouvements fiévreux [les actes des stoïciens], que la santé ne peut imiter [PASC., Pensées, t. I, p. 295, édit. LAHURE.]
Ô tombeaux, vous calmez l'ardeur fiévreuse des jouissances qui troublent les sens ; vous reposez l'âme de la lutte fatigante des passions [VOLNEY, Ruines, Invocation.]

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    E les mors [Dieu] fait revivre, mutz parler, surz oïr, Les contraiz [contrefaits] redrescier, gutus, fevrus guarir, Ydropikes, leprus en santé restablir [, Th. le mart. 158]
    La fille à un riche humme en devint tute saine, Qui out esté fievrose mainte lunge semaine [, ib. 95]
  • XIIIe s.
    Homs devient à force amorox, Tot ensement comme fievrox [, Partonop ms. f° 158, dans LACURNE]
  • XVIe s.
    La flamme d'une esmotion fiebvreuse [MONT., I, 98]

ÉTYMOLOGIE

  • Fièvre ; Berry, fiévroux ; provenç. febros ; portug. febroso ; ital. febbroso.