fréter

(Mot repris de frètes)

fréter

v.t. [ de fret ]
1. Donner un navire en location.
2. Prendre en location un véhicule quelconque : Ils ont frété un avion affréter, louer

FRÉTER

(fré-té. La syllabe fré prend l'accent grave quand la syllabe qui suit est muette : je frète, excepté au futur et au conditionnel : je fréterai, je fréterais) v. a.
Donner un navire à louage, tandis que affréter est prendre à louage. Absolument. Fréter au mois, à l'année. Il s'emploie parfois abusivement pour affréter.
Nous allâmes fréter à Bristol un vaisseau pour la rivière Delaware et pour la baie de Maryland [VOLT., Jenny, 6]
Fréter cap et queue, prendre un navire à louage pour le charger tout entier et sans aucune réserve.
Charger, équiper un navire.
Je vois d'un œil sec la Parque, Qui commence à se lasser, Et Charon fréter la barque Qui va bientôt me passer [CHAUL., Au chevalier de Bouillon.]
Vitsen.... frétant des vaisseaux à ses dépens pour découvrir de nouvelles terres [VOLT., Russie, I, 9]

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Trente deux gros vaisseaux espaignols tous armés et tous fretés [FROISS., I, I, 194]
  • XVIe s.
    ....Que le premier navire.... de quelque marchandise qu'il eust esté freté.... [CARLOIX, I, 31]

ÉTYMOLOGIE

  • Fret.

fréter

FRÉTER. v. tr. T. de Marine marchande. Donner un bâtiment à louage, en totalité ou en partie. Fréter un navire. Fréter au mois, au voyage, au tonneau.

Il signifie aussi Prendre un bâtiment à louage. Il fréta des vaisseaux à ses dépens pour découvrir de nouvelles terres. Voyez AFFRÉTER et NOLISER.

Par extension, dans le langage courant, Fréter un véhicule.

freter

Freter, act. acut. Est un terme de marine, et signifie loüer un navire pour voiturer et porter marchandises, ou passagers par mer d'un lieu à autre, Nauim exportandis mercibus aut hominibus conducere. L'Espagnol dit Fletar pour le mesme, et Flete, pour le prix convenu avec le maistre du navire pour tel transport.

freter

Freter, est equipper de toutes choses pour voguer.

Traductions

fréter

[fʀete] vt → to charter