fripon, onne


Recherches associées à fripon, onne: friponne

FRIPON, ONNE

(fri-pon, po-n') s. m. et f.
Celui, celle qui vole adroitement, par des ruses plutôt encore que par des actes manuels. Un maître fripon. Ce domestique est un fripon. Un tour de fripon.
Il savait qu'il y avait force courtisanes affamées, fort âpres après les étrangers, grandes friponnes, et d'autant plus dangereuses qu'elles étaient belles [SCARR., Rom. com. I, 9]
Martin, ayant repris son sang-froid, jugea que la dame qui se prétendait Cunégonde était une friponne, M. l'abbé périgourdin un fripon qui avait abusé au plus vite de l'innocence de Candide, et l'exempt un fripon dont on pouvait aisément se débarrasser [VOLT., Cand. 22]
Se dit d'une personne qui ne se fait aucun scrupule de tromper, qui se rend coupable de quelque acte déloyal.
Et je ne pense pas que Satan en personne Puisse être si méchant qu'une telle friponne [MOL., Éc. des mar. III, 10]
Allons, qu'on se rétracte, et qu'à l'instant, fripon, On se jette à ses pieds pour demander pardon [ID., Tart. III, 7]
J'appelle un chat un chat, et Rollet un fripon [BOILEAU, Sat. I]
Dès qu'on est fripon, on l'est pour tout le monde [FÉN., Dial. des morts mod. Louis XI, Balue.]
Je n'aime ni les demi-vengeances, ni les demi-fripons [VOLT., Variantes de l'Écossaise.]
Par badinage, se dit d'enfants, de gens jeunes qui sont espiègles, malins.
Mais un fripon d'enfant (cet âge est sans pitié) Prit sa fronde et du coup tua plus d'à moitié La volatile malheureuse [LA FONT., Fabl. IX, 9]
Allons, venez, petit fripon ; cela est plus heureux qu'un honnête homme [DANCOURT, Été des coq. sc. 7]
À ma fille il fait l'amour Et joue avec la friponne [BÉRANG., M. d'école.]
C'est un fripon, se dit d'un jeune homme léger et étourdi qui se dérange.
Au masculin, celui qui est inconstant en amour, qui y garde mal sa foi.
N'êtes-vous pas un fripon ? vous êtes si aimable que j'en ai peur, et j'hésite [MARIV., Pays. parv. 5e part.]
Vous êtes un adroit fripon, Clitandre, puisque vous m'avez trompée [DANCOURT, Été des coq. sc. 21]
Je sais, monsieur le fripon, que vous avez écrit à Mlle de Launay une de ces lettres charmantes où vous joignez les grâces à la raison, et où vous couvrez de roses votre bonnet de philosophe [VOLT., Lett. Formont, nov. 1732]
Deux fois elle eut équipage, Dentelles et diamants, Et deux fois mit tout en gage Pour quelques fripons d'amants [BÉRANG., Frétillon.]
Au féminin. Femme coquette, adroite et fine. Une aimable friponne. La friponne lui fait croire tout ce qu'elle veut.
Avec tant d'attraits précieux, Hélas ! qui n'eût été friponne ? [VOLT., Ép. XXVIII]
Les moins friponnes n'auront que trop souvent l'art de l'augmenter [l'embarras d'un amoureux] [J. J. ROUSS., Ém. IV]
S. m. pl. Petites tresses de cheveux ou anneaux que les femmes faisaient descendre sur leur front au-dessus des yeux. Petites boîtes de sapin, remplies de la gelée de coing dite cotignac.
Adj. Qui est sans probité par rapport à l'argent. Cet homme-là est bien fripon. Coquet, éveillé. Un air fripon. Un minois fripon.
....Chastes sont les oreilles, Encor que les yeux soient fripons [LA FONT., Tabl.]
Ne vous y fiez pas.... elle a, ma foi, les yeux fripons [BOILEAU, Héros de romans.]

SYNONYME

  • VOLEUR, FILOU, FRIPON. Voleur est le terme général ; on est voleur de quelque façon que l'on vole. Le filou est un voleur qui met la main dans les poches, qui subtilise une bourse, des foulards, etc. Le fripon est un voleur qui emploie quelque ruse : un domestique qui vole son maître en lui faisant payer les objets plus cher qu'il ne les a achetés est un fripon.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Chapons de haute graisse et gelinotes nous ont failly, et n'avons plus qu'un amer souvenir de ces messagers academiques qui descendoient aux fameuses hostelleries de la rue de la Harpe, au grand contentement des escholiers attendants et de leurs regents friponniers, Sat. Mén. Harangue de Roze. Tant de fripons, friponniers, juppins, galoches, marmittons, et autres sortes de gens mal-faisants [, ib. p. 79]
    Il y a plusieurs mots que l'autre partie de la ville n'entend pas, si l'exposition ne luy est apportée de là ; car comment peuvent sçavoir les marchands de la rue Saint-Denis que c'est à dire un juppin, un fripon ? [H. EST., Deux dialogues du nouveau lang. fr. p. 644, dans FRANCISQUE MICHEL, Argot.]
    Baillez moy, je vous pry, la clef Et de la cave et du celier, Du pain, du lard et de l'argent ; Je m'y monstrerai diligent ; J'ay esté frippon d'un college [, la Farce du badin qui se loue, dans Anc. théât. fr. t. I, p. 183]
    Feste n'est que de vieux chappons, Comme dient tous bons fripons [gourmands] [LEROUX DE LINCY, Prov. t. I, p. 155]

ÉTYMOLOGIE

  • Fripon signifie essentiellement gourmand, et de là les sens consécutifs qu'il a ; il vient donc de friper au sens de manger (voy. ce mot).

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • FRIPON. Ajoutez : - REM. Au XVIIe siècle, friponnes était le nom de petites boîtes rondes dans lesquelles on vendait le cotignac.