gélif, ive

GÉLIF, IVE

(jé-lif, li-v') adj.
Qui s'est fendu ou qui se fend par la gelée, la sève ayant augmenté de volume par la congélation et rompu de la sorte les tissus végétaux. Arbres gélifs. Pierres gélives, celles qui se délitent après avoir subi l'action de la gelée.

REMARQUE

  • L'Académie ne donne point de féminin à cet adjectif. Buffon dit au féminin gélisse comme au XVIe siècle, et comme on dit encore dans beaucoup de campagnes : Ces pierres gélisses doivent être soigneusement rejetées de toutes les constructions exposées à l'air et à la gelée, Min. t. I, p. 343, dans POUGENS. Mais, le masculin étant gélif et le substantif étant gélivure, le féminin gélive est meilleur.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Aucuns disent que telles pierres sont gelisses ou venteuses ; à la verité, si, estant abreuvées d'eau, la gelée vient là dessus, elles ne faudront à se reduire en poudre [PALISSY, 262]

ÉTYMOLOGIE

  • Geler ; Berry, gelis, pierres gelisses.