gausseur, euse

GAUSSEUR, EUSE

(gô-seur, seû-z') s. m. et f.
Celui, celle qui se gausse des autres.
Ce gros Brissac était un gausseur et un homme d'esprit, de manége et de bonne chère [SAINT-SIMON, 264, 40]
Adj.
Margot, morbleu, Est par trop joyeuse, Elle est jaseuse, Gausseuse [VADÉ, Troqueurs, 2]

REMARQUE

  • Voltaire a écrit gosseuse : Sa Sainteté est un peu gosseuse ; elle a dit : le cardinal Quirini quête des louanges, il a attrapé celles qu'il lui faut, Lett. Mme Denis, 9 juin 1752. Le fait est que, dans les colléges de Paris où ce mot est fort en usage, on dit gosse, gosser, gosseur.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Hieron, qui, après Gelon, occupa Siracuse, cerchoit tous hommes libres, volontaires et gosseurs [NOËL DU FAIL, Contes d'Eutrapel, ch. 33]

ÉTYMOLOGIE

  • Gausser.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • GAUSSEUR. Ajoutez :
    Tout beau, gausseur, Ne t'imagine point de contraindre une sœur [CORN., Mél. variantes.]