geôlage

(Mot repris de geôlages)

GEÔLAGE

(jô-la-j') s. m.
Droit payé au geôlier à l'entrée et à la sortie de chaque prisonnier.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Le geollage du dit Lagny qui vaut par ans dix livres tournois [DU CANGE, geola.]

ÉTYMOLOGIE

  • Geôle.
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877

geôlage

GEÔLAGE. s. m. (L'E ne se prononce point, et ne sert qu'à donner au G la prononciation de la consonne J.) Droit qu'on paye au Geôlier à l'entrée et à la sortie de chaque prisonnier. Droit de geôlage. Payer le geôlage.
Dictionnaire de L'Académie française 5th Edition © 1798

geolage

Geolage, m. pen. Est ce que l'on doit au geolier pour son droict de l'entrée, garde et issue du prisonnier, Carceraticum. Ainsi le lit Alciat en la loy penult. ff. de bon. damn. en ses annotations, in l. inter domum. ff. de verb. signific.

Jean Nicot's Thresor de la langue française © 1606

geolage


GEOLAGE, s. m. GEOLE, s. f. GEOLIER, IèRE, s. m. et fém. [Jolage, jole, lié, liè-re; 2e e muet au 2d, é fer. au 3e, è moy. et long au 4e.] Geole, prison, en termes de Palais. Geolage, droit qu'on paye au Geolier. Geolier, concierge de la prison. Geolière, femme du Geolier. Voyez CONCIERGE et CONCIERGERIE.

Jean-François Féraud's Dictionaire critique de la langue française © 1787-1788