goulet

goulet

n.m. [ de l'anc. fr. goule, gueule ]
1. Passage étroit faisant communiquer un port ou une rade avec la haute mer : Le goulet de Brest chenal
2. Tout passage étroit, difficile.
Goulet d'étranglement

goulet

(gulɛ)
nom masculin
passage étroit l'entrée d'un goulet
figuré ce qui ralentit une avancée, une évolution un goulet d'étranglement sur une autoroute le goulet d'étranglement d'un progrès économique

GOULET

(gou-lè ; le t ne se lie pas ; au pluriel, l's se lie : des gou-lè-z étroits ; goulets rime avec traits, succès, paix, etc.) s. m.
Le cou d'une bouteille.
Un baril défoncé, deux bouteilles sur cul, Qui disaient, sans goulet : nous avons trop vécu [RÉGNIER, Sat. X]
On dit plutôt aujourd'hui goulot.
Entrée étroite d'un port ou d'une rade. Le goulet de la rade de Brest.
Ouverture dans laquelle on met la fusée d'une bombe, et qui est nommée plus généralement l'œil de la bombe.
Terme de pêche. Espèce d'entonnoir que l'on met à l'entrée des filets en manche et des nasses, pour que le poisson, qui y est entré librement, n'en puisse pas sortir

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Et en la dite oriere [bord] du paveillon [sorte de piége] a ung goulet qui tient au paveillon [, Modus, f° CXXX]
    Le ruissel ou goulet [DU CANGE, gouletus.]
  • XVIe s.
    Jusques au goulet des rivieres de Garonne et Gironde en icelle mer [CARLOIX, I, 43]

ÉTYMOLOGIE

  • Diminutif de goule, aujourd'hui gueule. Génev. golet, golette, goulot ; provenç. golet.

goulet

GOULET. n. m. Entrée étroite d'un port, d'une rade. On n'entre dans ce port que par un goulet. Le goulet de Brest rend l'entrée dans la rade très difficile.

Il était employé autrefois avec le sens de GOULOT. Voyez ce mot.

goulet


GOULET, s. m. GOULOT, s. m. [On ne pron. point le t final.] Goulot, se dit du cou d'une bouteille, d'une cruche, etc. On a dit anciènement goulet. — Celui-ci ne se dit plus que de l'entrée étroite d'un port. — * On trouve dans Danet gouleau pour goulot.

Traductions

goulet

[gulɛ] nmbottleneck