goutteux, euse

GOUTTEUX, EUSE

(gou-teû, teû-z') adj.
Qui a la goutte ou qui y est sujet.
On dit que ton front jaune et ton teint sans couleur Perdit en ce moment son antique pâleur, Et que ton corps goutteux, plein d'une ardeur guerrière, Pour sauter au plancher fit deux pas en arrière [BOILEAU, Lutrin, I]
M. Conrart, qui fut horriblement goutteux les trente dernières années de sa vie [OLIVET, Hist. Acad. t. II, Conrart.]
Substantivement. Un goutteux. Une goutteuse.
En marchant toujours je clopine, Et l'on me dit, quand je chemine : C'est pauvre chose qu'un goutteux [COSTAR, dans RICHELET]
Fig.
L'Europe qui marche à béquilles, Riche goutteuse, ne croit pas à la vertu sous des guenilles [BÉRANG., Hâtons-nous.]
S. f. Goutteuse, le strombe scorpion, coquille.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    E les morz fait revivre, mutz parler, surz oïr, Les contraitz redrescier, gutus, fevrus [fiévreux] guarir, Idropikes, leprus en santé restablir [, Th. le mart. 158]
  • XVIe s.
    Les femmes ne sont point gouteuses pendant qu'elles ont leurs mois [PARÉ, XXI, 12]

ÉTYMOLOGIE

  • Goutte 2 ; provenç. gotos ; espagn. gotoso ; ital. gottoso.