grégeois

grégeois

adj. m. [ du lat. graecus, grec ]
Feu grégeois,
composition incendiaire pouvant brûler sur l'eau, qui servait dans les combats navals dans l'Antiquité et au Moyen Âge.
Maxipoche 2014 © Larousse 2013

GRÉGEOIS

(gré-joî) s. m.
Anciennement, nom du peuple dit aujourd'hui les Grecs.
Depuis la ville où les Grégeois Occirent tant de bons bourgeois [SCARRON, Virg. I]
Adj. m. Employé seulement aujourd'hui dans cette locution : feu grégeois, composition de matières combustibles, inventée dans le septième siècle par Callinique, ingénieur d'Héliopolis en Syrie, pour brûler les vaisseaux des Sarrasins, et ainsi dit de l'usage qu'en firent dans la guerre les Grecs ou Grégeois. Fig.
Montrez-leur un feu grégeois qui les surprenne, ou un éclair qui les éblouisse ; ils vous quittent du bon et du beau [LA BRUY., I]

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Le feu grezois lors [il] fet leans jalir [jaillir], Aus grans palez et à sales ferir ; Vente li vens, li paley est espris ; N'iert mes esteint par eve [eau] nes un dis [même en un jour] [DU CANGE, ignis.]
  • XIIIe s.
    Sarrasin lor ardoient à feu grigois tous lor engiens [, Chr. de Rains, p. 37]
  • XVe s.
    Ainsi qu'il s'en alloit par mer, il rencontre une nef de Sarazins que le soudan Saladin envoioit en Acre pour le secours faire à ceux qui estoient en la cité ; et cele nef avoit grand planté de fioles de voire pleines de feu gregois [DU CANGE, ignis.]

ÉTYMOLOGIE

  • Latin graecensis, de Graecus, Grec ; la finale ois, eis, répond à la finale latine ensis.
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877

grégeois

GRÉGEOIS. adj. m. Il signifiait Grec et ne se dit plus que dans l'expression Feu grégeois, Mélange enflammé employé au moyen âge et dont l'eau activait la combustion.
Dictionnaire de L'Académie française 8th Edition © 1932-5

grégeois


GRÉGEOIS, adj. m. [Gré-joâ: 1re é fer. 2e lon.] Feu grégeois, espèce d'artifice, qui brûlait même dans l'eau, et dont on croit que les Grecs du moyen âge ont été les inventeurs. Le secret s'en est perdu. * Brebeuf se sert de grégeois au lieu de grec. Parlant des galères des Marseillois, qui étaient grecs d'origine, il dit:
   Mais celles des Grégeois se montrent mieux instruites,
   À~ provoquer l'ataque et feindre des refuites.
On ne dit point Grégeois pour Grec. Il ne se dit qu'avec feu.

Jean-François Féraud's Dictionaire critique de la langue française © 1787-1788