grêler

(Mot repris de grêlèrent)

grêler

v. impers. [ frq. grisilôn ]
Tomber, en parlant de la grêle : Il a grêlé à la mi-juillet.
v.t.
Endommager par la grêle : Les pommes qui ont été grêlées pourrissent sur l'arbre.

GRÊLER1

(grê-lé)
V. impers. Il se dit quand il tombe de la grêle.
Qu'il vente et qu'il grêle, je me moque de tout [SCARRON, dans RICHELET]
Un paysan croit qu'il a grêlé par hasard sur son champ ; mais le philosophe sait qu'il n'y a point de hasard, et qu'il était impossible, dans la constitution de ce monde, qu'il ne grêlât pas ce jour-là en cet endroit [VOLT., Dict. phil. Destin.]
Fig.
Qui doute qu'avec ce nom [abbé d'Athènes] il [Ménage] n'eût pu défier la rime et la prose qui ont tant de fois grêlé sur le sien ? [, Anti-Menagiana, p. 181]
Fig. Grêler sur le persil, exercer son influence, son pouvoir, sa critique sur des gens faibles, ou dans des choses de peu de conséquence.
Entre nous, madame, on peut dire qu'en matière de doctrine, on a grêlé sur le persil [MAINTENON, Lett. à Mme de Dangeau, t. VII, p. 77, dans POUGENS.]
Vous savez comme on grêle ici sur les personnes dont on croit n'avoir que faire [ID., ib. 22 nov. 1709]
Le parlement a tant grêlé sur le persil, qu'il ne faut plus qu'il grêle [VOLT., Lett. en vers et en prose, 146]
V. a. Endommager par la grêle. Je crains que cet orage ne grêle nos vignes. Ce canton a été grêlé. Il se dit aussi des personnes dont les propriétés ont été dévastées par la grêle. Presque tous nos propriétaires ont été grêlés. Fig.
Sa médisante humeur, grand obstacle aux faveurs.... Avait de ce galant souvent grêlé l'espoir [LA FONT., Fiancée.]
Fig. Cet homme a été grêlé, il a fait de grandes pertes, il a eu de grandes infortunes.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    ....la tormante Qui grausle et pluet et tone et vante [CRESTIEN DE TROIES, Chev. au lyon, v. 773]
  • XIIIe s.
    Si durement grella et chaïrent fondres, que moult des pueples et des bestes morut [, Psautier, f° 127]
  • XVIe s.
    À qui il gresle sur la teste, tout l'hemisphere semble estre en tempeste et orage [MONT., I, 170]
    Par toy les vignes sont gelées, Par toy les plaines sont greslées [DU BELLAY, VII, 19, verso.]
    Le diabloton qui estoit du nombre de ceux que les bonnes gens du village disent ne sçavoir que faire gresler le persil [BOUCHET, Serées, II, p. 100, dans LACURNE]
    Un petit diable, lequel encores ne savoit ne tonner, ne gresler, fors seulement le persil et les choux [RAB., Pant. IV, 45]

ÉTYMOLOGIE

  • Grêle 2 ; bourg. grôlay.

GRÊLER2

(grê-lé) v. a.
Arrondir les dents d'un peigne sur toute leur longueur.
Réduire la cire en lanières ou rubans, afin de rendre le blanchiment plus facile. On dit aussi grelouer.

ÉTYMOLOGIE

  • Grêle 1.

grêler

GRÊLER. v. impersonnel. Tomber, en parlant de la Grêle. Il a grêlé aujourd'hui. Il grêle souvent dans ce pays-là.

Fig. et fam., Grêler sur le persil, Exercer son autorité, son pouvoir, ses talents, sa critique contre les gens faibles, ou sur des choses qui n'en valent pas la peine.

Il est aussi verbe transitif et signifie Gâter par la grêle. Je crains que cet orage ne grêle nos vignes. Toute cette région a été grêlée.

Ce propriétaire a été grêlé, Ses terres ont été ravagées par la grêle. On dit quelquefois, figurément et familièrement, Cet homme a été grêlé, Il a fait de grandes pertes, il a eu de grandes infortunes.

Le participe passé GRÊLÉ signifie par analogie, familièrement, Qui a beaucoup de marques de petite vérole. Être grêlé. Avoir le visage grêlé, tout grêlé.

Traductions

grêler

hailירד ברדhaglegrandinare, acclamareيَهْتِف بchválithyldezurufenχαιρετίζωaclamartervehtiä huudahtamallaklicati呼び止める묘사하다toejuichenpowitaćsaudarпровозглашатьstoppaโห่ร้องอวยชัยdolu yağmakhoan hô欢呼认可 (gʀele)
verbe impersonnel
tomber, en parlant de petites boules deglace Il grêle.

grêler

[gʀele] vb impers
il grêle → it's hailing