grêle


Recherches associées à grêle: intestin grêle

1. grêle

adj. [ lat. gracilis ]
1. Qui est trop mince par rapport à sa longueur : Des bras grêles filiforme, fluet, menu ; fort, musclé
2. Se dit d'un son aigu et faible : La vieille femme répondait de sa voix grêle puissant
Intestin grêle,
première partie de l'intestin, comprise entre l'estomac et le gros intestin.

2. grêle

n.f. [ de grêler ]
1. Pluie congelée qui tombe sous forme de grains, ou grêlons.
2. Fig. Grande quantité de choses qui tombent dru : Une grêle de critiques s'abattait sur lui avalanche, cascade, déluge, pluie

GRÊLE1

(grê-l') adj.
Long et menu. Une tige grêle. Des jambes grêles.
Venez, boucs méchants, Psylles aux corps grêles, Aspioles frêles, Comme un flot de grêles, Fondre dans ces champs [V. HUGO, Bal. 14]
Terme d'anatomie. Intestin grêle, la portion d'intestin qui s'étend depuis l'estomac jusqu'au caecum exclusivement. Muscles grêles, nom de certains muscles minces et longs.
Par extension, se dit de ce qui est chétif, non suffisamment plein ou développé. Une physionomie grêle.
Il y a toujours quelque chose de grêle dans notre architecture, quand nous visons à l'élégance, ou de pesant quand nous prétendons à la majesté [CHATEAUBR., Itin. 1re part.]
Se dit d'une voix aiguë et faible.
M. d'Alembert, avec sa petite voix grêle, est un excellent lecteur [VOLT., Lett. Laharpe, 4 sept. 1771]
La voix grêle des cymbales Se mêlait par intervalles Aux bruits de la grande mer [V. HUGO, Orient. 1]
Ton grêle, le ton le plus haut d'un cor ou d'une trompette. Substantivement en ce sens. Sonner du grêle ou sonner grêle.
S. f. Lame d'acier plate et dentelée, dont le tabletier se sert pour grêler.

SYNONYME

  • GRÊLE, FLUET. Celui qui est fluet est mince, celui qui est grêle l'est aussi ; mais le fluet l'est de sa nature et sans que cela indique aucun amoindrissement ou dépérissement ; la belette est fluette. Au lieu que, chez le grêle, il y a disproportion, amoindrissement, amaigrissement : des membres grêles sont des membres qui devraient être plus gros, vu l'âge du sujet.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Graisles es flans et larges les costez [, Ch. de Rol. CCXXVII]
  • XIIe s.
    Venim et pourreture grant merveille vomi, Et jut moult longuement ; tous greilles sus sailli ; Par les mains al saint humme de s'enferté [de sa maladie] guari [, Th. le mart. 94]
    Trois fois le sonne [un cor] et en grelle et en gros [, Charrois de Nymes]
  • XIIIe s.
    Renart fu grelles et menus, Muciez estoit derier la porte [, Ren. 3670]
  • XIVe s.
    Avoir la vois acue ou grelle [ORESME, Eth. 125]
    User de perdris, de faisans, de petis oiseaux champestres o [avec] grelle bec [H. DE MONDEVILLE, f° 95, verso.]
    Le gros du cuer et sa rachine est en haut, et le grelle en bas [ID., f° 23, verso.]
  • XVe s.
    Je n'y entens ne gros ne gresle [, Patelin, v. 1030]
  • XVIe s.
    Torquato Tassc, en la comparaison qu'il faict de la France à l'Italie, dict avoir remarqué cela, que nous avons les jambes plus grailes que les gentilshommes italiens, et en attribue la cause à ce que nous sommes continueilement à cheval [MONT., IV, 190]

ÉTYMOLOGIE

  • Wallon, grêie ; provenç. graile ; anc. esp grácil ; ital. gracile ; du lat. gracilis, qui a l'accent sur gra.

GRÊLE2

(grê-l') s. f.
Météore aqueux formé par de l'eau qui, congelée en l'air, tombe par grains de glace.
La plus belle moisson est sujette à la grêle, Et souvent elle n'a que des fleurs pour du fruit [RACAN, Pastor.]
Ses coups tombent dru comme grêle [SCARRON, Virg. V]
Moïse ayant levé sa verge vers le ciel, le Seigneur fit fondre la grêle sur la terre au milieu des tonnerres et des feux qui brillaient de toutes parts [SACI, Bible, Exode, IX, 23]
Les livres sur Évrard fondent comme la grêle [BOILEAU, Lutr. V]
Vous voyez que la grêle tombe sur les plus misérables arbrisseaux comme sur les plus hauts chênes ; tout souffre en ce monde [VOLT., Lett. Richelieu, 6 juin 1777]
Hélas ! le pampre vert protége en vain son fruit ; La grêle affreuse tombe et l'écrase à grand bruit [DELILLE, Géorg. I]
Aucun fermier ne paye : ils ont tous à la bouche Le mot grêle.... [COLLIN D'HARLEV., Vieux célib. II, 2]
Familièrement. On le craint comme la grêle, il est pire que grêle, se dit d'un méchant homme qui fait beaucoup de mal en un canton, en un pays. On dit aussi : Cet enfant est méchant comme grêle. Fig. La grêle est tombée sur votre jardin, sur vos vignes, c'est-à-dire c'est un grand malheur pour vous, une grande perte. On dit aussi : Quelle grêle ! c'est-à-dire quelle misère !
Fig. Quantité considérable.
Des frondeurs jettent une grêle de grosses pierres [FÉN., Tél. XVI]
Les sarcasmes tombèrent sur moi comme la grêle [J. J. ROUSS., Confess. VIII]
Familièrement, dans le même sens. Une grêle de coups.
Nommez-vous l'aventure une bonne fortune, Et la grêle de coups doit-elle être commune Avec moi qui ne sers ici que de recors ? [SCARRON, D. Japhet d'Arm. IV, 3]
À la vue du Fils unique de Dieu, accablé sous une grêle de coups [BOURDAL., Exhort. sur la flagellat. de J. C. t. II, p. 88]
Termes reçut une fois une grêle de bastonnade de quatre ou cinq Suisses [SAINT-SIMON, 129, 177]
Terme de médecine. Tumeur qui se développe dans le tissu des paupières, dite aussi chalazion, et qui est ainsi nommée à cause de sa forme et de sa transparence analogues à celles d'un grain de grêle.

PROVERBES

  • De grêle n'est mauvaise année Qu'aux lieux où plus elle est tombée.
    Jamais ne grêle en une vigne, Qu'en une autre ne provigne [LE ROUX, Dict. comique.]

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Et les nues tot mesle mesle Gitoient pluie, noif et gresle [CRESTIEN DE TROIES, Chev. au lyon, V. 441]
  • XIIIe s.
    Volent saetes, quareus e darz Espessement cum gresle en marz [, Édouard le confesseur, V. 4567]
  • XIVe s.
    Pierre de grelle [un gros morceau de grêle] [, Chr. mss. de G. de Nangis, dans LACURNE]
  • XVIe s.
    Gresle : c'est une petite tumeur mobile, ronde et lucide comme un grain de gresle, laquelle vient aux paupieres [PARÉ, XV, 5]

ÉTYMOLOGIE

  • Bourg. graule ; picard (dans certains eantons), grieu, et au plur. gris, grêle ; prov. gressa, greza. Diez y voit le même radical que dans grésil (voy. ce mot), c'est-à-dire un dérivé de grés (grés-il), à cause de la forme grenue comme le grès. Cette opinion est plus vraisemblable que celle de du Cange, qui déduisait grêle du latin gracilis, quod minutatim cadat grando.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    2. GRÊLE. Ajoutez :
    Une grêle de bois, une grêle de coups.
    Qu'on le trouve où qu'il soit, qu'une grêle de bois Assemble sur lui seul le châtiment de trois [CORN., Galerie du palais, I, 9]

GRÊLE3

(grê-l') s. m.
Houille en morceaux gros comme des œufs.

grêle

GRÊLE. adj. des deux genres. Qui est long et mince. Des jambes grêles. Une taille grêle. La tige de cette plante est fort grêle.

En termes d'Anatomie, Intestin grêle. Voyez INTESTIN.

Il se dit aussi d'une Voix aiguë et faible. Avoir la voix grêle.

Ton grêle, Le ton le plus haut d'un cor ou d'une trompette.

grêle

GRÊLE. n. f. Eau qui, étant congelée en l'air, tombe par grains. Grosse grêle. Menue grêle. Il est tombé de la grêle. La grêle a désolé, a ravagé toute cette contrée. Un orage mêlé de pluie et de grêle. Par analogie, Les balles pleuvaient dru comme grêle.

Fig., Une grêle de traits, de balles d'obus, etc., Une grande quantité de traits, de balles, d'obus, etc., qui tombent à la fois, qui se succèdent rapidement. On dit familièrement, dans le même sens, Une grêle de coups. Une grêle d'épigrammes, de plaisanteries.

grêle


GRêLE, adj. et subst. GRÉLER, v. act. et impers. GRÉLON, s. m. [1reê ouv. et long au 1er, é fer. aux 2 aûtres: 2e e muet au 1er, é fer. au 2d. — L'Acad. met l'acc. circ. sur tous, et c'est l'anciène ortographe où cet accent signifiait, tantôt que la syllabe était longue, tantôt il ne signifiait que le retranchement d'une s. Aujourd'hui l'usage s'établit de ne plus mettre cet accent que sur les syllabes longues.] Grêle, adj. Long et menu. Tâille grêle; ou aigu, faible; voix grêle. — Subst. eau de pluie congelée, qui tombe par grains. "Grosse, ou menue grêle. "Il est bien tombé de la grêle. — On dit figurément une grêle, pour une grande quantité. "Une grêle de coups, de mousquetades. = Gréler, gâter par la grêle. "L' orage a grélé les vignes; tout le pays a été grélé. — Il est aussi impers. "Il grèle, il a grèlé, il grèlera. = On le dit quelquefois des persones. "Il a été grélé, c. à. d. ses terres ont été grélées. Fig. fam. Il a fait de grandes pertes. = En st. proverb. on dit, neutralement, gréler sur le persil, faire sentir son ressentiment à des gens fort inférieurs. Rousseau dit, gréler sur les roseaux.
   GRÉLON, grain de grêle extrêmement grôs.

Synonymes et Contraires

grêle

adjectif grêle
Long et menu.
épais, fort, gros, massif, puissant, ramassé, volumineux -familier: rond -littéraire: trapu.

grêle

nom féminin grêle
1.  Grains de glace.
2.  Grande quantité de.
atome, bribe, brin, doigt, goutte, grain, gramme, larme, lueur, miette, nuage, once, parcelle, peu, pointe, soupçon, trace -littéraire: liard, ombre, trait -populaire: chouia.
Traductions

grêle

Hagel, Hagelschlaghail, spindly, thin, high note, skinnyhagel, spichtig, schril en zwak [stem], tengerאבן ברד (נ), ברד (ז), בָּרָדhaelcalabruixada, calamarsada, pedregadahaglhajlogranizo, piedraraesade, rakeethaglgrandine, gracile, esile, gragnuola, rosario, scaricahaglgradgranizo, chuva-de-pedraградhagelχαλάζιبَرَدkroupytuča우박ลูกเห็บdolumưa đá冰雹градушка冰雹 (gʀɛl)
nom féminin
petites boules de glace une averse de grêle

grêle

[gʀɛl]
nfhail
adj [jambes] → spindly