grippe

grippe

n.f. [ de gripper, saisir, en raison de la soudaineté de la maladie ]
Maladie infectieuse épidémique, provoquée par un virus : Elles ont attrapé la grippe.
Prendre qqn, qqch en grippe,
se mettre à éprouver de l'antipathie, de l'hostilité envers eux.

GRIPPE

(gri-p') s. f.
Terme familier. Fantaisie, goût passager, capricieux.
[Le duc de Noailles] c'est un homme de grippe, de fantaisie, d'impétuosité successive [SAINT-SIMON, 317, 142]
Il [le régent] eut bien de la peine à se contenter des trois marches qu'ils [les hauts siéges] devaient avoir ; c'est une grippe, pour user de ce mauvais mot, que je n'ai jamais pu démêler en lui [ID., 511, 9]
Prendre quelqu'un en grippe, se prendre de grippe contre quelqu'un, se prévenir sans motif contre lui.
Voilà quel était l'homme qui, toujours par le même motif peut-être, me prit en grippe, uniquement sur ce que je le servais fidèlement [J. J. ROUSS., Confess. VII]
Oui, madame, j'ai pris en grippe l'amitié comme la médecine [P. L. COUR., Lett. II, 62]
Catarrhe épidémique, ainsi dit parce qu'il grippe, saisit une foule de gens.
Vous avez peut-être ouï parler de ces mauvais rhumes épidémiques, auxquels les Français, qui nomment tout, ont donné le nom de grippe, qui est en effet très significatif [BONNET, Lett. div. Œuv. t. XII, p. 213, dans POUGENS]
La grippe, en faisant le tour du monde, a passé par notre Sibérie, et s'est emparée un peu de ma vieille et chétive figure [VOLT., Lett. Chabanon, 10 janv. 1768]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Car lors Herodes ly cuyvers, Qui tant estoit fel et divers, Son droit seurnom estoit Agrippe, Mais ne verrez plus male grippe [, Hist. des trois Maries, ms. p. 227, dans LACURNE]
  • XVIe s.
    Dites moy pourquoy c'est qu'on vous represente vous autres messieurs les avocats en la qualité que dessus sous ce creon des harpies ; cela ne nous certifie autre chose sinon que vous aimez fort la grippe [CHOLIÈRES, Contes, f° 82, dans LACURNE]

ÉTYMOLOGIE

  • Voy. GRIPPER.

grippe

GRIPPE. n. f. T. de Médecine. Maladie infectieuse, épidémique et contagieuse qui débute brusquement et se manifeste de façons très variées, sous forme de catarrhe, de gastro- entérite ou de névralgies. Attraper la grippe. Un accès de grippe. Le frisson de la grippe.

Fig., Prendre quelqu'un, avoir quelqu'un en grippe, Se prévenir défavorablement contre lui, sans pouvoir rendre raison de sa prévention.

grippé

GRIPPÉ, ÉE. adj. T. de Médecine. Qui est atteint de la grippe. Il est fortement grippé. Faciès grippé, Aspect particulier que prend le visage dans certaines affections.

grippe


GRIPPE, ou GRIPE, s. f. GRIPER; v. act. GRIPE-SOU, s. masc. [2e e muet au 1er et au dern. é fermé au second.] Gripe, fantaisie, goût capricieux. "C'est la gripe de beaucoup de gens, d'acheter beaucoup de livres, qu'ils ne lisent point. Style famil.Prendre en gripe, en déplaisance. V... l' avait pris en gripe, et c'était un des plastrons de ses plaisanteries. "Il (M. Gaillard) a pris la guerre en gripe. Ann. Lit. L' Acad. dit, se prendre de gripe contre quelqu'un, se prévenir défavorablement et sans raison.
   GRIPER, atraper subtilement. Il se dit proprement du chat et de certains aûtres animaux; figurément et populairement des hommes. "Le chat~ a gripé ce serin, ce morceau de viande. "Les Sergens l'ont gripé.
   La bête fut gripée;
   Le réveille-matin eut la tête coupée.
       La Font.
Se griper et être gripé se disent des étofes qui se retirent en se fronçant. "Ces étofes se gripent aisément. "Ce tafetas est tout gripé. = Se griper, en parlant des persones, c'est se mettre fortement quelque chôse dans la tête. "Il est sujet à se griper.
   Mme. de Sévigné l'emploie activement. "Tout ce qu'il écrit là-dessus l'a tellement gripé, que je ne sais point du tout comment se porte Mme. de La Trousse. — Il a oublié de m'en parler. "être gripé contre:
   Quel diable de travers!
   Votre esprit est gripé contre tout l'univers.
       Barthe.
Gripe-sou, Comissionaire qui fait métier de retirer les rentes pour autrui. C'est un terme de mépris. Il ne se dit qu' à Paris. Dans le Rich. Port. on écrit Gripe-sous. Le Dict. de Trév. et l'Acad. mettent sou au singulier.

Traductions

grippe

Grippe, Influenzainfluenza, flu, gripgriep, influenzaשפעת (נ), שַׁפַּעַתγρίπηgripe, gripa, influenzagripeinfluenza, grippeإَنْفِلْوَنْزَا, الإنْفلوانزاchřipkainfluenzaflunssa, influenssagripaインフルエンザ독감, 인플루엔자influensagrypaгриппinfluensaไข้หวัดใหญ่gripbệnh cúm流感грип (gʀip)
nom féminin
1. maladie avoir la grippe
2. avoir un sentiment défavorable à l'égard de qqn

grippe

[gʀip] nf
flu, influenza
avoir la grippe → to have flu
J'ai eu une mauvaise grippe l'hiver dernier → I had a bad attack of flu last winter.
prendre qn/qch en grippe → to take a sudden dislike to sb/sth