grivèlerie

(Mot repris de grivèleries)

grivèlerie

n.f.
Délit qui consiste à consommer dans un café, un restaurant, en sachant qu'on n'a pas les moyens de payer.
Maxipoche 2014 © Larousse 2013

GRIVÈLERIE

(gri-vè-le-rie) s. f.
Action de griveler.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Bertrand naturellement estoit ennemy de toutes les griveleries [, Mém. s. du Guesclin. 16]

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • GRIVÈLERIE. Ajoutez :
    Force me fut bien de prendre l'administration de ce beau département du Nord ; il y avait tant à faire, et le moment était si contrariant que je fus forcé de laisser provisoirement les choses aller comme elles allaient ; je me contentai de couper court à des grivèleries qui s'étendaient à tous les actes de l'administration, et qui avaient élevé le produit de la préfecture à un taux incroyable [BEUGNOT, Mémoires, ch. X]
    Une affaire de peu d'importance était soumise à son appréciation [du conseil de guerre], il s'agissait d'un militaire accusé de grivèlerie ;....le conseil, sur les réquisitions du ministère public, a condamné ce soldat à un an de prison pour grivèlerie [, Gaz. des Trib. 3 mai 1877, p. 427, 2e col.]
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877

grivèlerie

GRIVÈLERIE. n. f. Action de griveler. Il s'emploie dans le langage des tribunaux. Condamner quelqu'un pour fait de grivèlerie. Autrement il est familier et vieux.
Dictionnaire de L'Académie française 8th Edition © 1932-5